Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Aubervilliers : marche blanche en hommage à Marie, tuée à l'arme blanche

-
Par , France Bleu Paris

La mairie d'Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis, appelle à une "marche blanche" dimanche, en hommage à Marie, 28 ans. La jeune femme, mère de cinq enfants, a été retrouvée morte jeudi soir dans son immeuble. Son ex-conjoint est toujours recherché.

Police (illustration)
Police (illustration) © Radio France - Rémi Brancato

La maire d'Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), Mériem Derkaoui, appelle à marcher dimanche, journée international de lutte contre les violences faites aux femmes, à 15 heures, au départ de l'hôtel de ville, pour rendre hommage à Marie, 28 ans, qui "aurait été tuée par son ex-compagnon", selon le communiqué de la ville, qui dénonce un "féminicide". Jeudi soir, la jeune femme, mère de cinq enfants, a été retrouvée morte, poignardée dans son immeuble d'Aubervilliers.

L'ex-conjoint toujours recherché par la police

Selon une source proche du dossier, elle aurait reçu plusieurs coups de couteaux et succombé à ses blessures, ce soir-là, en présence de certains de ses cinq enfants. Son ex-conjoint est soupçonné et est toujours recherché ce lundi. L'enquête ouverte par le parquet de Bobigny a été confiée à la police judiciaire de Seine-Saint-Denis. Les cinq enfants ont fait l'objet d'une ordonnance de placement. 

Dans son communiqué, la maire d'Aubervilliers, estime qu'il est "temps d’obtenir un véritable plan d’actions pour en finir avec l’impunité des agresseurs et le discrédit de la parole des femmes". "En Seine-Saint-Denis, les associations de défense des victimes de violences conjugales font, pourtant, les frais d’une politique gouvernementale qui réduit considérablement leurs subventions" ajoute-t-elle.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess