Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
Dossier : Grenelle des violences conjugales

Audit dans les commissariats : "Jeter l'opprobre sur les collègues, c'est ennuyeux" réagit le syndicat Unité SGP-FO

-
Par , France Bleu Besançon

Un audit sur l'accueil des femmes victimes de violences conjugales va être mené dans 400 commissariats et gendarmeries de France. C'est une des mesures annoncées le 3 septembre à l'ouverture du Grenelle lancé par le gouvernement. Cette décision n'est pas toujours bien ressentie par les policiers.

L'audit sur l'accueil des femmes victimes de violences conjugales va être mené dans 400 commissariats et gendarmeries de France.
L'audit sur l'accueil des femmes victimes de violences conjugales va être mené dans 400 commissariats et gendarmeries de France. © Maxppp - Franck Boileau

Besançon, France

A l'occasion du lancement du Grenelle sur les violences conjugales, Edouard Philippe a annoncé un audit dans 400 commissariats et gendarmeries de France. L'objectif est de corriger les dysfonctionnements dans l'accueil des femmes qui viennent porter plainte.

"Un langage politique" - Christophe Fernandez, du syndicat Unité SGP-FO

Une annonce pas forcément bien ressentie chez les policiers.  "Il faut rester vigilant par rapport à des éléments de langage politique. Tout est perfectible", reconnait volontiers Christophe Fernandez, le représentant régional du syndicat Unité SGP-FO en Bourgogne Franche-Comté, qui était l'invité de France Bleu Besançon ce mercredi matin.  

"De là à jeter l'opprobre sur la qualité de l'accueil, la qualité d'écoute et l'orientation d'une victime vers un officier de police judiciaire, cela me laisse perplexe sur un sujet aussi grave" s'indigne-t-il par ailleurs. Et de conclure "c'est ennuyeux de vouloir jouer là dessus."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu