Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les colonies de vacances ont de moins en moins la cote auprès des parents

-
Par , France Bleu

Depuis dix ans, la fréquentation des colonies des vacances est en baisse. Le coût et la réticence des parents à éloigner leurs enfants des familles peuvent expliquer ce phénomène.

La colonie de vacances de "PEP La Roche" en Alsace
La colonie de vacances de "PEP La Roche" en Alsace © Maxppp - DAREK SZUSTER

Les colonies de vacances sont de moins en moins privilégiées par les familles. Depuis une dizaine d’années, la fréquentation est en baisse et de nombreux centres doivent fermer. "Entre 2007 et 2017, sur les séjours de plus de cinq jours, on est passé de 1.2 million à 900.000 enfants" par an, a confirmé Jean-Benoît Dujol, directeur de la jeunesse, de l'éducation populaire et de la vie associative au ministère de l'Éducation, à l'AFP au début du mois d'août.

Les colonies de vacances se "sont coupées de leur public historique"

Au début des années 90, "il fallait dépoussiérer l'image vieillotte des colonies, les sociétés privées se sont dit qu'il y avait un marché à conquérir en proposant quelque chose de nouveau avec des séjours plus sportifs et plus thématiques, ça a rencontré du succès auprès d'une certaine catégorie plus aisée", explique Quentin Joste, animateur de colonies dans les années 2000.

Mais "l'offre des associations a été bouleversée. En suivant les offres commerciales" les colonies se sont même "coupées de leur public historique, à savoir les familles plutôt modestes ou de classe moyenne", poursuit-il. Les séjours thématiques "avaient un coût plus important que les précédents pour les familles et, au niveau de la mixité sociale, c'était pas vraiment ça", se souvient-il.

L'éloignement des enfants est de moins en moins accepté

Si les colonies sont moins fréquentées, c'est aussi parce que "l'éloignement des enfants est devenu de plus en plus difficile et souvent inconcevable" pour les parents, souligne Jean Houssaye, professeur émérite des sciences de l'éducation à l'université de Rouen.

Les municipalités privilégient aujourd'hui davantage la "proximité" et les "centres de loisirs" tandis que les comités d'entreprises, qui autrefois offraient beaucoup de départs en colonies à leurs employés, ont "privilégié les vacances familiales".

La fermeture de centres qui accueillaient des colonies, trop onéreux à cause des coûts d'entretien et de mise aux normes, participe également à la baisse de fréquentation. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu