Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Autisme : mieux utiliser les ressources existantes pour améliorer l'accompagnement

jeudi 7 juin 2018 à 17:38 Par David Valverde, France Bleu Saint-Étienne Loire

Il faut mieux détecter l'autisme pour ensuite mieux le prendre en charge. C'est le message d'un rapport rédigé notamment par la député du Roannais Nathalie Sarles qui fait 31 propositions pour mieux appréhender cette pathologie.

La Marche de l'Espérance avait rassemblé des centaines de personnes le 31 mars à Paris pour la journee mondiale de sensibilisation à l autisme.
La Marche de l'Espérance avait rassemblé des centaines de personnes le 31 mars à Paris pour la journee mondiale de sensibilisation à l autisme. © Maxppp - Nicolas Joubert

L'autisme touche 1% de la population française, environ 700 000 personnes, dont 600 000 adultes.  Le rapport a été présenté aux députés et sera remis prochainement à Sophie Cluzel, la secrétaire d’État chargée des personnes handicapées.  Il reste encore beaucoup de progrès à faire dans la formation des professionnels, dans l'accompagnement des structures notamment financièrement. Pour Anne Marchand, de l’association Autisme Apprendre Autrement Loire Forez, il y a un vrai problème de détection à la base : "Dans l'association, on vient de diagnostiquer un jeune qui a 22 ans ! Depuis 22 ans il vit un parcours chaotique, compliqué. La Famille également. Ils ont vu énormément de médecins et on vient seulement de le diagnostiquer. Les médecins devraient avoir des formations plus générales pour sensibiliser et percuter. Pour dire "il vaut mieux aller chercher une aide que de laisser faire les choses". On connait tout sur l'autisme, on sait comment on doit accompagner ces jeunes mais on n'a pas assez d'éducateurs sur le terrain. On demande toujours d'argent, c'est le problème, mais je suis convaincu qu'on pourrait déjà faire beaucoup mieux avec ce qu'on a. Mais il faut accepter de changer nos approches par rapport à l'autisme."

Pour en savoir plus sur cette pathologie et aider à la prise en charge de ce handicap,  l’association Autisme Apprendre Autrement Loire Forez organise justement un événement dimanche, une marche ou une course, au choix. Cela se passe à St André le Puy. Les bénéfices de l'événement seront reversés à l'association.

Des structures pas assez mises en valeur

Certaines structures spécialisées sont parfois en difficultés car elles n'entrent pas dans les cases prévues par le Ministère. Pourtant, elles œuvrent à l'accompagnement des personnes atteintes d'autisme, comme l'association Eurecah à La Talaudière, dont Yoann Bruyere est le directeur : "Aujourd'hui il y a une vraie reconnaissance des collectivités publiques, des autorités qui nous accompagnent mais aujourd'hui on ne rentre pas dans une case et dans un cadre. Le positionnement aujourd'hui d'Eurecah est assez fragile et précaire. La qualité de l’accompagnement, des services et des solutions proposées sur le département sont reconnues. Mais on est hors-case et ça poursuit le fonctionnement de notre service, en tout cas de l'accueil de jour. Aujourd'hui on est confronté à la réalité administrative qui nous bloque pour péreniser notre entité et bien orienter les jeunes, à cause des appels à projet."

La député du roannais Nathalie Sarles, auteur du rapport sur l'autisme, sera l'invité de France Bleu Saint-Étienne Loire ce vendredi à 8h30.