Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Auvergne : le nitrate d'ammonium souvent utilisé, mais sous surveillance

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Le nitrate d'ammonium, à l'origine de l'explosion à Beyrouth (Liban), est utilisé en Auvergne. Il sert d'engrais aux agriculteurs, et d'explosifs pour les professionnels de la construction, des chantiers et des carrières. Mais, bien utilisé et surveillé, il est sans danger.

Le nitrate d'ammonium se présente sous la forme de petits granulés blancs.
Le nitrate d'ammonium se présente sous la forme de petits granulés blancs. © Maxppp - Christian Watier

Première chose : en Auvergne, il n'y a pas de stocks de nitrate d'ammonium (ou ammonitrate) aussi énorme qu'à Beyrouth. Dans la capitale du Liban, ce sont 2750 tonnes qui ont explosé ; dans notre région, cette substance, qui se présente sous forme de petits granulés blancs, est dispatchée dans plusieurs silos. Les sacs peuvent aller toutefois jusqu'à plusieurs centaines de tonnes.

Le groupe agricole Limagrain, spécialisé notamment dans la culture des céréales, possède plusieurs silos dans le Puy-de-Dôme, notamment à Aigueperse, Ennezat, ou encore Plauzat, mais n'a pas de dépôt central. Dans le secteur des chantiers et des carrières, l'entreprise Titanobel, basée à Moissat (Puy-de-Dôme), utilise lui aussi des produits à base d'ammonitrate, afin d'agir sur les roches et de déblayer des terrains.

Les silos Limagrain du site d'Ennezat
Les silos Limagrain du site d'Ennezat © Radio France - Emmanuel Moreau

Car l'ammonitrate n'est pas une substance explosive en elle-même. C'est un comburant : elle permet la combustion d’une autre substance déjà en feu. La détonation n’est possible qu’avec une contamination par une substance incompatible ou une source intense de chaleur. C'est là toute la question qui se pose après les explosions au Liban : qu'est-ce qui a causé les détonations ?

En tout cas, selon Gilles Persiller, viticulteur auvergnat et ancien technicien agricole chez Domagri (groupe Limagrain), pas d'inquiétude à se faire. Pour lui, "le gasoil à Cournon ou à Gerzat est plus à risque (...) l'ammonitrate n'est pas explosif, il faut une source de chaleur à côté." 

Gilles Persiller, viticulteur auvergnat et ancien technicien agricole

C'est pourquoi le nitrate d'ammonium est stocké avec une grande précaution : les sites de fabrications d’engrais contenant des ammonitrates sont classés Seveso, avec un seuil haut (comme pour Titanobel) ou bas (comme pour Limagrain) selon les normes de sécurité.

En 2001, c'est l'explosion de plus de 300 tonnes de nitrate d'ammonium qui avait rasé l'usine AZF de Toulouse, tuant 31 personnes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess