Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Auvergne-Rhône-Alpes : 170 000 personnes aidées par le Secours Catholique en 2016

jeudi 9 novembre 2017 à 6:07 Par Claudie Hamon, France Bleu Pays d'Auvergne

Plus de précarité et de plus en plus d'étrangers en errance. C'est le constat du dernier bilan annuel réalisé par le Secours Catholique. Même si la région Auvergne-Rhône-Alpes n'est pas la plus sinistrée, chez nous 13% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté.

Bernard Hertz pdt de la délégation Cantal et Puy-de-Dôme du Secours Catholique
Bernard Hertz pdt de la délégation Cantal et Puy-de-Dôme du Secours Catholique © Radio France - Claudie HAMON

Puy-de-Dôme, France cantal, France

En France, en 2016, 1 400 000 personnes bénéficient de l'aide du Secours Catholique, dont 170 000 dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. Les bénéficiaires en majorité âgés entre 25-45 ans, sont pour moitié des familles monoparentales ou des couples avec enfants victimes du chômage ou qui enchaînent des petits boulots précaires. 20% des personnes aidées n'ont aucun revenu ni aide.

Une personne sur deux est étrangère

En France, la part d'inactifs a fortement augmenté ces dernières années, 43% aidés par le Secours en 2010 et 48% en 2016. Une situation due en grande partie à une augmentation des étrangers pris en charge. Aujourd'hui, au Secours Catholique, une personne sur deux est étrangère. Sur le terrain, "le choc des mondes" comme l'appelle Bernard Hertz, le président de la délégation Cantal-Puy-de-Dôme, commence à poser des problèmes de conscience chez certains bénévoles. "_Cette proportion grandissante d'étrangers nous oblige à nous réorganiser en interne Nous avons plus besoin aujourd'hui de temps pour accompagner les personnes et moins de bénévoles pour ranger les boites de conserve. Ca devient compliqué d'offrir un service homogène".

La délégation Cantal-Puy-de-Dôme compte neuf salariés et 980 bénévoles à plus de 80% des femmes, âgées de 68 ans en moyenne.