Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Aux 24 heures du Mans, le camping est une institution

-
Par , France Bleu Maine

Que seraient les 24 heures du Mans sans la nuit au camping ? Pour certains, pas grand-chose. Des milliers de visiteurs choisissent la tente pour suivre l'épreuve au plus près, mais avec le maximum de confort. Et parfois, les moyens mis en oeuvre sont impressionnants !

Parfois, certains sont particulièrement bien organisés ! Sous le barnum de Thomas, Cédric et leurs proches nantais, on trouve tables, frigo et même chaîne hi-fi !
Parfois, certains sont particulièrement bien organisés ! Sous le barnum de Thomas, Cédric et leurs proches nantais, on trouve tables, frigo et même chaîne hi-fi ! © Radio France - Simon de Faucompret

Le Mans, France

Les quelque 200 000 visiteurs des 24 heures du Mans (Sarthe) ont beau être passionnés et résistants, il arrive un moment où le sommeil se manifeste pendant ce week-end d'épreuve des 15 et 16 juin. Et dans ce cas-là, tout le monde a une option préférentielle : les plus chevronnés, désireux de ne rien rater, tentent la nuit blanche dans les tribunes du circuit, ou sur leurs chaises rembourrées. D'autres postent leur voiture non loin du bitume pour rester au plus près de l'action. Mais pour des milliers de visiteurs, le choix est vite fait : le camping !

Une "institution"

Dans ces différentes mers de tentes qui fleurissent autour du circuit Bugatti, au sud du Mans, on trouve des drapeaux anglais, néerlandais, français aussi ... Et beaucoup, beaucoup de fans de barbecue ! Dès 17 ou 18h, certains se retranchent au calme et lancent les grillades pour la cantonade

Depuis 35 ans, au programme des 24 heures, il y a forcément "camping" et "barbecue" pour Michael et ses proches, venus d'Angleterre. - Radio France
Depuis 35 ans, au programme des 24 heures, il y a forcément "camping" et "barbecue" pour Michael et ses proches, venus d'Angleterre. © Radio France - Simon de Faucompret

"Je viens aux 24 heures depuis 35 ans, toujours au camping !"

C'est la mission de Michael, venu tout droit d'Angleterre. "Je viens aux 24 heures depuis 35 ans, toujours au camping !" lance-t-il, enjoué. "C'est plus amusant, une vraie institution, je ne pourrais pas faire les choses autrement aujourd'hui". Il est venu avec une demi-douzaine de ses proches.

Le camping, c'est le barbecue ... et l'apéro, aussi ! A consommer avec modération, même sur le circuit ! - Radio France
Le camping, c'est le barbecue ... et l'apéro, aussi ! A consommer avec modération, même sur le circuit ! © Radio France - Simon de Faucompret

Barnums tout équipés !

Et parfois, après plusieurs années, certains groupes ont développé une organisation bien huilée : Thomas vient de Nantes, et avec une petite dizaine de proches et d'amis, c'est ses dixièmes 24 heures du Mans. Et pour l'occasion, il a réservé pas moins de sept emplacements pour un petit palace entièrement équipé ! "C'est un ancien barnum Total", glisse-t-il en nous faisant visiter. Et à l'intérieur de ces 30 mètres² : tréteaux, glacières (indispensables), plaques chauffantes ... et même un frigo !

"Ça doit bien faire dix ans qu'on emmène tout ça", s'amuse Thomas. Le barnum pourrait presque les abriter toute l'année, vu le confort ! - Radio France
"Ça doit bien faire dix ans qu'on emmène tout ça", s'amuse Thomas. Le barnum pourrait presque les abriter toute l'année, vu le confort ! © Radio France - Simon de Faucompret

Et comme il faut aussi mettre un peu d'ambiance : on n'oublie pas la chaîne hi-fi stéréo pour faire danser les voisins.

"On écoute surtout le commentaire des 24 heures dessus", avoue Cédric. Mais parfois, ils mettent un peu de musique pour en faire profiter les voisins. - Radio France
"On écoute surtout le commentaire des 24 heures dessus", avoue Cédric. Mais parfois, ils mettent un peu de musique pour en faire profiter les voisins. © Radio France - Simon de Faucompret

Un petit confort qui semble maintenant indispensable à Thomas et ses amis nantais, après 10 ans à venir sur le circuit : "Il y a une vie bien particulière dans le camping, pendant le week-end", témoigne-t-il. "On boit des coups, on discute avec les voisins anglais, danois … C’est aussi ça, l’ambiance des 24 heures."

Choix de la station

France Bleu