Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : France Bleu partenaire des Restos du Cœur

Aux Restos du coeur de Quimper, "c'est bien plus que venir chercher un repas"

-
Par , France Bleu Breizh Izel

La campagne d'hiver des Restos du coeur débute ce mardi. Dans le Finistère, l'association créée par Coluche accueille 10.000 bénéficiaires. Un chiffre stable par rapport à l'année dernière. Parmi eux, Georges, 33 ans. En attendant de pouvoir régulariser sa situation, il ne peut pas travailler.

Les Restos du coeur du Finistère enregistrent 10.000 bénéficiaires au début de cette campagne d'hiver
Les Restos du coeur du Finistère enregistrent 10.000 bénéficiaires au début de cette campagne d'hiver © Radio France - Typhaine Morin

Alors que débute ce mardi la campagne d'hiver des Restos du cœur, l'antenne finistérienne de l'association créée par Coluche en 1985 constate un nombre de bénéficiaires stable par rapport à l'année dernière, 10.000 dans le département. Parmi eux, Georges, arrivé de Côte d'Ivoire en 2017, et en attente de régulariser sa situation administrative. Avec la crise sanitaire, ses rendez-vous en préfecture ont été repoussés. Et il n'a pas les papiers pour travailler. Alors il y a un an, il a poussé la porte des Restos du cœur. 

"Personne n'a envie de venir ici"

"Personne n'a envie de venir ici. C'est difficile. Mais je n'ai pas le choix si je veux avoir de quoi me nourrir", confie Georges. Alors tous les lundis, c'est un rituel : "Je remplis mon attestation, je prends le bus, je sors de chez moi, et je suis content de venir ici ! Ça m'apporte bien plus que des repas. Ici, je trouve des gens à qui parler, qui m'aident dans mes démarches, de l'humanité. Il faut vraiment remercier tous les bénévoles jusqu'à Coluche !

En attendant son rendez-vous en préfecture, prévu en mars 2021, Georges fait du sport, il pense aussi à ses deux enfants de 15 et 5 ans restés en Côte d'Ivoire, et tous les samedis, il est bénévole au Secours catholique. "On me donne, et je donne !" Ce grand gaillard de 33 ans reste optimiste. "Je sais que c'est temporaire. Bientôt, quand j'aurai régularisé ma situation, je pourrai moi aussi donner aux Restos du cœur.

Si vous voulez aider l'association, vous pouvez faire des dons en vous rendant sur son site internet

Choix de la station

À venir dansDanssecondess