Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Aux Sables-d'Olonne, des habitants anti-Linky barricadent leur compteur

-
Par , France Bleu Loire Océan

Cadenas, chaînes, barres antivol... Une trentaine de Sablais tentent d'empêcher l'installation du compteur Linky qu'ils considèrent dangereux pour leur santé et pour leurs données personnelles.

L'un des compteurs barricadés des Sables-d'Olonne avec une affiche visant à empêcher l'installation du Linky.
L'un des compteurs barricadés des Sables-d'Olonne avec une affiche visant à empêcher l'installation du Linky. © Radio France - Victoria Koussa

Deux barres de fer sont clouées de chaque côté du compteur d'Elisabeth, aux Sables-d'Olonne, qui se qualifie de "résistante", "de lanceur d'alerte", affirme-t-elle. Elle gère le collectif anti-Linky sur la côte vendéenne et tente de rallier à sa cause le plus d'habitants possible, à coup de tracts informatifs, de photos "choc". Elle, a barricadé son compteur il y a déjà plus d'un an, mais une trentaine d'autres l'ont depuis suivi. Certains ont installé des chaînes avec de gros cadenais pour qu'aucun agent Enedis ne puisse installer "le compteur intelligent" en leur absence

La manière forte contre un boîtier trop dangereux ?

D'après Elisabeth, ce compteur est "un engin bourré d'électronique, qui espionne nos maisons et qui diffuse des ondes classés cancérogènes potentielles par l'OMS [l'Organisation mondiale de la santé]". En effet, le principal argument de ces anti-Linky est l'effet néfaste qu'aurait le compteur sur leur santé

René, une Sablaise de 80 ans, affirme même qu'il la rend malade. Elle s'est installée il y a quatre mois dans une maison où le compteur Linky était déjà installé. "J'étais pas bien, je dormais pas bien, j'avais des maux de tête, ma tension augmentait énormément", explique-t-elle, sans accuser le boîtier, au début, avant d'aller "en voyage avec un groupe". "Là-bas, j'ai pas eu de mal de tête, mais quand je suis revenue chez moi, ça a recommencé ! C'est bien dans la maison qu'il y a quelque chose qui ne va pas", affirme la retraitée qui barricade son compteur de gaz pour qu'on ne lui installe pas le nouveau, le Gazpar. 

Cependant, d'après Enedis joint par France Bleu Loire Océan, le compteur n'émettrait que très peu d'ondes, autant qu'un chargeur de portable ou qu'un babyphone. Des juges ont néanmoins déjà imposé à l'entreprise d'enlever les boîtiers chez certains électro-hypersensibles.

D'autres opposants maintiennent que le compteur fait bondir le montant de leur facture, espionne leur consommation pour vendre leurs informations personnelles à des entreprises ou provoque des incendies. Certains l'ont déjà soupçonné d'être à l'origine des flammes, mais d'après Enedis, ces départs de feu seraient la conséquence d'une mauvaise installation, et non du compteur en lui-même. 

A-t-on le droit de refuser l'installation d'un compteur Linky ?

Le collectif anti-Linky en Vendée maintient qu'on peut légalement refuser l'installation du Linky, mais ce n'est pas aussi simple que ça. En effet, le compteur électrique n'appartient pas aux habitants, mais aux collectivités locales. Enedis qui gère le réseau a donc l'obligation d'installer ces compteurs.

Le recours en justice semble aujourd'hui être la seule option pour faire valoir son refus. 

Aux Sables-d'Olonne, sept foyers sablais sur dix ont déjà reçu leur nouveau compteur, soit 35.000 logements. L'objectif de l'électricien est de tous les installer d'ici 2021. Sauf si la justice décide du contraire. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu