Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement : "On avait besoin de revenir dans notre cathédrale" expliquent des fidèles à Auxerre

-
Par , France Bleu Auxerre

De nombreux fidèles ont retrouvé leur église ce week-end pour les messes de la Pentecôte. C'était le cas notamment à la cathédrale d'Auxerre. Des catholiques heureux de se retrouver malgré la configuration inhabituelle de ces célébrations.

Deux messes de Pentecôte ont été célébrées le 31 mai à la cathédrale d'Auxerre
Deux messes de Pentecôte ont été célébrées le 31 mai à la cathédrale d'Auxerre © Radio France - Delphine Martin

C'était un moment fort pour de nombreux catholiques. Une semaine après les premières cérémonies religieuses célébrées (souvent en petit comité) immédiatement après le feu vert du gouvernement, de nombreux fidèles ont retrouvé leur église ce week-end pour les célébrations de la Pentecôte.

C'était le cas notamment à la cathédrale d'Auxerre où deux messes ont été données dimanche matin. Des messes inhabituelles dans la forme puisque les sièges ont été espacés d'un mètre. Les participants doivent porter un masque et du gel hydroalcoolique est à disposition à l'entrée. 

Le reportage de Delphine Martin à la cathédrale d'Auxerre

Du gel hydroalcoolique a été prévu à l'entrée de la cathédrale.
Du gel hydroalcoolique a été prévu à l'entrée de la cathédrale. © Radio France - Delphine Martin

Mais même dans ces conditions, cette messe était très attendue par des croyants souvent émus. "Trois mois de confinement ou presque, c'est bien long. C'est un besoin tout à fait naturel de se retrouver, en communauté, car les messes que l'on pouvait voir à la télévision ne remplacent pas cette assemblée qui est vraiment indispensable", explique un monsieur. "Cela nous avait énormément manqué. On a regardé Kto, on a regardé Lourdes, mais ce n'est pas pareil que notre cathédrale. On avait besoin de revenir dans notre cathédrale", ajoute cette autre fidèle, venue en famille.

"Le fait de se voir et d'être ensemble, ça change tout"

"Il y a de la joie, mais une joie discrète" - Arnaud Montoux

"C'est cette présence ensemble. On sent un soutien très fort. Il y a des personnes qui ont vécu des choses très difficiles pendant ce temps de confinement et ce début de déconfinement. On a essayé de les soutenir par téléphone et avec Internet, mais c'est vrai que le fait de se voir et d'être ensemble, ça change tout" résume Isabelle O'Brian, chargée d'animer le chant liturgique pendant la messe.

Pour la communion, les fidèles suivent un sens de circulation. Les visages sont recueillis. Les regards se cherchent parfois, au-delà des masques : "On se voit à moitié, mais c'est déjà mieux que rien", lance le curé Arnaud Montoux à l'assemblée à la fin de la messe."Il y a beaucoup d'émotion. Depuis deux mois et demie, comme dans tous les groupes, on rêve de se retrouver. Mais comme souvent, ça ne se passe pas comme on l'a rêvé", constate le prêtre. 

Prêtres et fidèles avaient des masques de protection
Prêtres et fidèles avaient des masques de protection © Radio France - Delphine Martin

"On a sans doute rêvé qu'il y ait beaucoup d'enthousiasme, que tout le monde se saute dans les bras mais aujourd'hui on voit bien qu'on ne peut pas le faire. Il faut être prudent. Il faut être raisonnable et en même temps, il y a une vraie joie profonde, mais une joie peut-être discrète. Il y a beaucoup d'échanges dans les regards parce que c'est tout ce qu'il nous reste, mais c'est déjà beaucoup. J'ai vu des larmes dans des yeux. Des larmes de joie mais aussi parfois des larmes de tristesse pour des gens qui ont perdu des proches", poursuit Arnaud Montoux.

"On avait besoin de revenir dans notre cathédrale" - des fidèles

A la fin de la messe, des bénévoles orientent les fidèles vers la sortie unique et désinfectent les chaises avant la prochaine célébration. Ces mesures nécessitent une quinzaine de bénévoles chaque dimanche. Des mesures que tous ici espèrent pouvoir abandonner bientôt pour se retrouver complètement.

"Les mesures de protection sont nécessaires. Les chrétiens ne doivent pas vivre en dehors du monde" - Arnaud Montoux

Les fidèles étaient heureux de se revoir, malgré les masques et les mesures de distanciation physique.
Les fidèles étaient heureux de se revoir, malgré les masques et les mesures de distanciation physique. © Radio France - Delphine Martin
Choix de la station

À venir dansDanssecondess