Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Avec l'épidémie, les églises de Moselle n'ont pas retrouvé l'ensemble des fidèles

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Environ 30% des fidèles ne sont pas revenus dans les églises depuis la fin du confinement, estime la Conférence des Evêques de France. La peur du virus et les contraintes sanitaires expliquent en partie cet absentéisme auquel n'échappent pas les paroisses de Moselle.

La cathédrale Saint-Etienne de Metz.
La cathédrale Saint-Etienne de Metz. © Radio France - François Pelleray

L'épidémie de coronavirus a mis les prêtres et les fidèles catholiques de Moselle à rude épreuve. Les différents confinements avec la fermeture des églises, puis les jauges imposées par le gouvernement ont éloigné les pratiquants des lieux de culte. Et aujourd'hui encore, beaucoup ne sont pas revenu à l'office du dimanche. 

Fidèles plus fragiles

"Entre 25 et 30%" estime l'abbé David Meyer, prêtre de la paroisse Sainte Croix de Creutzwald. "Certains, par prudence, choisissent de ne pas se mêler à d'autres malgré ce qui est mis en place et, à regret, restent chez eux." La peur de la contamination est aussi une explication avancée par le vicaire général du Diocèse de Metz, Sébastien Klam qui précise que "la moyenne d'âge des fidèles qui vont à l'église est plus élevée que ceux qui vont dans les magasins par exemple. Ils ne veulent donc pas prendre de risque." Même si gel et masques sont devenu aussi indispensables que le chapelet pour rentrer dans les églises.

Un protocole qui limite

Les mesures sanitaires sont aussi une cause de cet absentéisme. Il y a d'abord eu la jauge imposée de 30 personnes par office, quelle que soit la taille de l'édifice, cathédrale ou modeste chapelle. Puis un assouplissement avec une rangée sur deux neutralisée et au moins un mètre cinquante entre les fidèles qui ne sont pas du même foyer. Prêtre de la paroisse de Saint Avold, l'abbé Olivier Riboulot observe donc que cela dépend des lieux : "A l'abbatial Saint Nabord ou à la basilique, la population habituelle est de retour. C'est un peu plus compliqué dans les églises de cités ou de villages." Sans oublier le couvre-feu à 18h qui a bouleversé l'agenda paroissial. "La messe du samedi à 18h est décalée à 16h30, et les paroissiens s'y font plutôt bien. Même chose pour celle du dimanche soir, mais l'affluence est moindre" ajoute l'abbé Riboulot.

Pour les catholiques malades ou trop âgés pour se déplacer, la messe "en vrai" est aussi rare. L'abbé Meyer n'a plus mis les pieds à la maison de retraite ou à l'hôpital de Creutzwald depuis un an. L'abbé Riboulot y est retourné, mais exceptionnellement. "Nous faisons la messe à la demande ponctuelle de la direction. Nous faisons un test avant, pour ne pas amener le virus dans l'établissement. Et nous faisons le choix de ne pas donner la communion."

Prières à domicile et réseaux sociaux

Pour autant, les prêtres maintiennent le lien avec les pratiquants. Sébastien Klam rappelle les incitations à la prière "domestique", mais surtout salue "l'inventivité des curés" qui ont permis à leur fidèles de suivre la messe à distance "particulièrement sur les réseaux sociaux." Certains continuent aujourd'hui encore. Ainsi, dimanche dernier, l'abbé Meyer a donné une messe pour les soignants en direct sur Facebook.

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

La communauté catholique de Moselle se tourne déjà avec plein d'espoir vers Pâques : le carême débute le 17 février avec le mercredi des cendres. En priant pour ne pas subir un nouveau confinement, comme il y a un an. "La semaine sainte est la semaine la plus belle, la plus importante à bien des égards" souffle l'abbé de Creutzwald, "ce serait un coup dur pour tout le monde."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess