Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Couvre-feu : "Avec le beau temps, impossible d'être à la maison à 18h", racontent ces Nantais

-
Par , France Bleu Loire Océan

Avec le retour des beaux jours, nombreux sont les Nantais qui s'installent sur les bords de la Loire pour prendre l'apéro avant le couvre-feu. Des moments de convivialité qui dépassent souvent l'heure fatidique mais qui deviennent vitaux pour certains.

A 18h, pas de couvre-feu pour plusieurs nantais qui prennent l'apéro entre amis sur les bords de la Loire
A 18h, pas de couvre-feu pour plusieurs nantais qui prennent l'apéro entre amis sur les bords de la Loire © Radio France - Nina Valette

"Ce beau temps, c'est clairement un appel pour sortir rejoindre ses amis", plaisante Emma sur les bords de la Loire. Avec le retour du soleil sur la Loire-Atlantique, cette étudiante nantaise peine à respecter les règles. Et elle n'est pas la seule puisqu'au bord de l'eau, les apéros entre amis augmentent en même temps que la température.  

Les vacances n'aident pas les étudiants 

Dans l'herbe, plus aucun masque sur les visages, ils sont remplacés par des sourires. Ceux d'étudiants qui profitent des beaux jours sur Nantes pour prendre quelques verres entre amis. 

La vie sociale nous manque, on ne fait plus de rencontre, on ne voit plus nos amis.

Faute de bars ouverts, les groupes d'amis se retrouvent au bord de l'eau. "On est là pour boire des bières et profiter du soleil parce que ça devient pesant de ne pas se voir", explique Clémence, étudiante en architecture en vacances. Avec Emma et Espérance, les trois jeunes filles ont acheté de quoi boire et avant de s'installer vers 16h30. "C'est tôt mais avec le couvre feu, nous n'avons pas vraiment le choix", raconte l'une d'entre elles avant d'ajouter, "la vie sociale nous manque, on ne fait plus de rencontre, on ne voit plus nos amis. C'est long". 

Et dans le trio, aucun geste barrière : "On a fêté mon anniversaire ce week-end et il y avait beaucoup de monde. On fait attention avec nos proches mais pas entre nous. On est une seule et même personne face au Covid", raconte une des étudiantes.

Le casse tête des jeunes actifs 

Sur l'île de Nantes, Audrey mange des chips et boit de l'alcool avec trois amis. "On va partir quand le soleil sera couché. J'habite juste à coté c'est mon jardin ici", reconnait la jeune femme. L'heure du couvre-feu sera donc dépassée. "Je vais mourir de dépression ou prendre des médicaments, fumer et boire toute seule si ça continue donc je préfère voir des potes". Vers 17h30, une amie rejoint le petit groupe sur son vélo : "Je vais rester une vingtaine de minutes... peut-être plus. Mais j'ai besoin de sortir voir du monde. Je suis toute la journée au télétravail. C'est insupportable", s'agace la jeune Nantaise qui reconnaît avoir adopté un chat pour combler sa solitude. 

Je vais mourir de dépression. - Audrey, une Nantaise 

Et la peur du gendarme ?

Des jeunes qui ne respectent pas l'heure du couvre feu, "je suis prête à prendre le risque ", raconte Juliette. Elle est installée à quelques mètres du point Anne de Bretagne avec une petite dizaine d'amis. Des étudiants qui ne portent pas de masques, ne respectent aucune distance mais qui assument. 

"J'ai conscience qu'il y a un risque, mais je fais attention avec mes proches, surtout les plus âgés", répète l'un des étudiantes. Des jeunes qui nous disent tous, sans exception, qu'avec le retour des beaux jours, le couvre-feu sera de moins en moins respecté. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess