Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Avec Staying alive, on peut aider les pompiers des Ardennes à sauver des vies

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Présente dans une cinquantaine de départements, l’application Staying alive est désormais disponible dans les Ardennes. Les pompiers des Ardennes pourront ainsi mobiliser les "bons samaritains" inscrits pour venir au secours d’une personne victime d’un malaise cardiaque à proximité.

Le portail de l'application Staying Alive
Le portail de l'application Staying Alive © Radio France - DR

L'application Staying alive, lancée en 2017, est désormais disponible dans les Ardennes. Elle géolocalise en temps réel une communauté de "bons samaritains" que les pompiers peuvent mobiliser en urgence, si une personne fait un arrêt cardiaque à proximité. Cela permet d'intervenir au plus vite, avant même l'arrivée des secours.

Pas besoin d’être formé pour s’inscrire

À l’inscription, l’usager (surnommé "bon samaritain") fournit ses justificatifs de formation aux gestes qui sauvent. Les 100 000 bons samaritains de la communauté sont géolocalisables. Lorsque les pompiers reçoivent un appel pour une personne en détresse cardiaque, une alerte est envoyée sur le smartphone des membres qui se trouvent à proximité de la victime.

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Si le bon samaritain accepte la mission, l’itinéraire apparaît sur l’écran. Une fois sur place, il procède au massage cardiaque. Il peut joindre les pompiers si besoin. De leur côté, les sapeurs-pompiers disposent de son numéro de téléphone. "Cela peut être utile pour obtenir des renseignements plus précis sur la localisation de la victime. Est-ce qu’elle est dans une maison ? Au détour d’un chemin ?", explique le colonel Frédéric Delcroix, commandant des services d’incendie et de secours des Ardennes. 

Même sans formation aux gestes de premier secours, il est utile de s’inscrire. Dans ce cas, l’application "Staying alive" ne vous enverra pas masser la victime mais vous orientera d’abord vers le défibrillateur le plus proche, afin de l’apporter ensuite sur place. L’utilisateur peut aussi ajouter à la base de données la localisation de défibrillateurs qui ne seraient pas encore enregistrés. "Staying alive" en recense actuellement 85000. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Staying alive a déjà sauvé des vies

À chaque minute qui s’écoule, une personne en arrêt cardiaque perd 10% de chance de survie. Dès la quatrième minute, les risques de séquelles ou de décès sont très élevés. Les pompiers mettent en moyenne 10 minutes à arriver. 

Une étude montre que, sur la zone de Paris, le taux de survie à l’arrêt cardiaque passe de 16% sans « bon samaritain » à 32 % lorsqu’un bon samaritain est appelé sur les lieux - Laurent Istria, responsable du développement de Staying alive en France

Il est déjà possible de s’inscrire en téléchargeant l'application Staying alive mais le dispositif ne sera opérationnel dans les Ardennes qu'à partir du mois de septembre. À terme, l'application pourra être utilisée également pour d'autres interventions comme les accidents de la route ou bien servir de système d'alerte pour informer les utilisateurs qu'une inondation, un attentat, une pollution est en cours dans leur secteur. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess