Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

"J’ai offert la mort à mon fils" : témoignage choc d’une mère qui veut relancer le débat sur l’euthanasie

-
Par , France Bleu Occitanie

"J’ai offert la mort à mon fils" c’est le titre du livre que vient de publier Anne Ratier. Le troublant témoignage d’une mère aveyronnaise qui avoue avoir tué son fils handicapé et qui veut relancer le débat sur l’euthanasie.

Anne Ratier, Aveyronnaise de 59 ans, vient de publier un livre troublant.
Anne Ratier, Aveyronnaise de 59 ans, vient de publier un livre troublant. - City Edition

Aveyron, France

En 1987, Anne Ratier est la maman d’un petit garçon de trois ans. Un petit garçon handicapé qui lutte depuis sa naissance. Frédéric a été privé d’oxygène lors de l’accouchement. Il ne sera jamais autonome et les médecins estiment que sa place est dans les hôpitaux. 

Solitude face au monde médical 

Dans ce livre, "J’ai offert la mort à mon fils" Anne Ratier, originaire du bassin de Decazeville (Aveyron), raconte la douleur à la naissance, ses espoirs, sa solitude face au monde médical. Elle retrace la solidarité qui s’organise dans sa famille. Cette maman raconte également comment très vite elle sait que la mort sera la seule issue. Elle dit "nous nous sommes mis d’accord pour _apporter à notre fils cette fin douce, parmi les siens, que nous aurait refusée la société_. Nous ignorions quand cela surviendrait. Je faisais confiance à mon corps qui, lui, choisirait le moment." 

"Crime avec préméditation ? " 

Elle revient donc sur ce jeudi de 1987 où elle "offre" la mort à son fils en lui administrant des médicaments. La vie ensuite est tout sauf simple. Anne Ratier veut parler mais tous lui disent de se taire pour ses deux autres enfants. 

J'ai souhaité le faire pour mon fils qui n'est plus là aussi (...) Je voulais que son cas puisse aider aussi d'autres parents et de voir ce que nous avons traversé - Anne Ratier, auteur de "J'ai offert la mort à mon fils"

Un témoignage dur et qui ouvre clairement le débat de la fin de la fin de vie, de l’euthanasie et de l’acharnement thérapeutique. Et Anne Ratier, qui a longtemps vécu à Toulouse, assume aussi le risque judiciaire. "J’ai une claire conscience du caractère subversif de mon témoignage qui me place sur le fil du rasoir : pour certains, je serai une mère courageuse qui aura agi ainsi par amour, un amour qu’elle aura mis au-dessus de la loi. Pour d’autres, j’aurai commis un crime, n’ayons pas peur des mots, et avec préméditation de surcroît."

Aujourd'hui, si l'on me demande si j'agirais de la même façon aujourd'hui, je dis oui sans hésiter. Et au contraire, je suis confortée dans mon choix parce que je sais que notre société ne permet pas aux gens de vivre dignement

  - Aucun(e)
-

"J’ai offert la mort à mon fils" Anne Ratier en librairie depuis le 13 février 2019, 224 pages, 15,90 € aux éditions City

Ecoutez l'interview intégrale de Anne Ratier sur France Bleu Occitanie

Choix de la station

France Bleu