Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Aveyron : la pharmacienne de Saint-Sernin-Sur-Rance cherche repreneur désespérément

Par

Saint-Sernin-sur-Rance pourrait ne plus avoir de pharmacie à partir du 30 juin. Usée par trois mois de pandémie, la pharmacienne du village aveyronnais cherche un repreneur depuis trois ans. Sans succès.

A 67 ans, Martine Gaubert souhaitait plus que tout passer la main à un jeune confrère. A 67 ans, Martine Gaubert souhaitait plus que tout passer la main à un jeune confrère.
A 67 ans, Martine Gaubert souhaitait plus que tout passer la main à un jeune confrère. © Radio France - SM

La pharmacienne de Saint-Sernin-sur-Rance lance un appel de détresse. Elle est pharmacienne depuis 45 ans. Elle exerce depuis 37 ans dans ce petit village du Sud Aveyron qui compte 650 habitants. Mais depuis trois ans, elle cherche à vendre son affaire. 

Publicité
Logo France Bleu

Et elle a tout fait. Des annonces dans les facs des alentours (à Toulouse, Montpellier et Clermont-Ferrand) Des annonces dans les revues spécialisées, l'aide de ces confrères et même un appel à la préfecture et au monde politique. 

loading

"Pas un euro symbolique mais presque"

Mais rien. Et surtout, après trois mois de pandémie, la praticienne est fatiguée et voudrait vraiment passer la main. Martine Gaubert, très déçue, ne comprend pas. Et compte tout arrêter le 30 juin. Pourtant, la pharmacienne ne demande pas beaucoup pour cette officine. "Nous sommes très arrangeants du point de vue financier. En Midi-Pyrénées, une pharmacie se vend 50 % du chiffre d’affaires environ (un peu plus à Toulouse, un peu moins en Aveyron). Et nous, nous demandons un peu moins de 10 %. Ce n’est rien du tout. Ce n’est pas l’euro symbolique mais presque". 

Et parce qu’elle croit à sa pharmacie, elle fait la liste de tous ses points forts. "Au niveau de l’environnement médical, c'est très bon. Il y a une maison de retraite, une maison de santé. Il y a beaucoup de professions paramédicales". Et si elle travaille beaucoup, avec des larges horaires, mais elle estime qu’il serait possible de les aménager et de les rendre plus souples. 

Une situation qui rend très triste la famille Gaubert. Mais pas seulement. Dans la commune, tout le monde s’inquiète. Richard Sleizak, le maire de la commune, vient d’être élu. Il a pris ses fonctions il y a à peine quelques heures. Et il promet d’être très attentif et surtout très à l’écoute d’un potentiel repreneur. 

Richard Sleizak, le maire de la commune, à peine élu tente d'aider la pharmacienne. © Radio France - SM

"Ce commerce est rentable "

"Ce début de mandature commence avec une question très épineuse. La question de la viabilité ne se pose même pas. Ce commerce est rentable. Il est évident qu’il y a des retombées vu la population. Le risque n’est pas important. Et nous, la municipalité, on est prêt à aider. Notre engagement est entier."

Le dossier a pris un tournant politique. En début de semaine, une lettre a été envoyée au sujet de la pharmacie de Saint-Sernin-sur-Rance au ministre de la Santé, Olivier Véran. Il s’agit de demander que la pharmacie puisse devenir une « annexe » d’une autre pharmacie des environs. C’est pour le moment interdit mais il faudrait demander une dérogation pour les pharmacies des zones très rurales. 

Et le maire, Richard Sleizak, redit, "la municipalité n’est pas un problème". Tentant de briser quelques potentielles peurs : "Est-ce qu’il ne fait pas mieux vivre que dans un milieu urbain avec les crises comme celle-ci" 

loading

La pharmacie est en zone ZDR (Zone de développement rural), ce qui veut dire que le potentiel repreneur serait exempté d’impôts. 

La lettre de Martine Gaubert envoyée pour annoncer la fermeture de l'officine. © Radio France - SM

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu