Société

Avis défavorable pour les LGV Bordeaux-Dax et Bordeaux-Toulouse

Par Florence Pérusin, France Bleu Gironde et France Bleu Toulouse mardi 31 mars 2015 à 6:42

La LGV est sensée mettre Toulouse à 1h10 de Bordeaux (illustration).
La LGV est sensée mettre Toulouse à 1h10 de Bordeaux (illustration). © Radio France - Pierre Neveux

La commission d'enquête publique vient de publier un avis défavorable, a annoncé le préfet de l'Aquitaine lundi, concernant ces deux projets de lignes à grande vitesse dans le Sud Ouest, notamment à cause de leur coût pharaonique. Un camouflet pour le patron de l'Aquitaine Alain Rousset personnellement investi en faveur de ces lignes depuis des mois.

C'est le préfet de l'Aquitaine qui vient lui-même de l'annoncer ce lundi : la commission d'enquête publique estime non nécessaires les deux projets de lignes à grande vitesse dans le Sud Ouest (GPSO). Cet avis consultatif va maintenant être transmis au maître d'ouvrage (la SNCF) avant le Ministère des Transports dans un second temps. Ces projets s'inscrivent dans la continuité de la LGV Tours-Bordeaux dont la mise en service prévue fin juillet 2017, doit mettre Paris à 2h05 de Bordeaux.

Coût pharaonique

Pour justifier son avis, le rapport pointe avant tout les "insuffisances et faiblesses du projet ", parmi lesquelles des impacts insuffisamment pris en compte s'agissant de la faune, de l'habitat ou de la viticulture.

Les incertitudes sur le financement public et sa rentabilité sont aussi soulignées. Un avis "dans l'air du temps " ont déploré dans un communiqué le patron de l'Aquitaine Alain Rousset, le président de Bordeaux Métropole Alain Juppé et le président de Toulouse Métropole Jean-Luc Mouden c . "L'actuel gouvernement ayant inscrit la poursuite du projet comme perspective nationale à compter de 2018, nous refusons d'envisager que l'avis de la commission signifie la remise en cause du projet".

Tous les trois demandent à être reçus à Paris par le secrétaire d'Etat aux Transport le landais Alain Vidalies. Le gouvernement a maintenant jusqu'au 8 juin 2016 pour se prononcer de manière définitive.

 

► [LGV : La "coalition des mécontents" défend la desserte à Libourne](La coalition des mécontents" défend la desserte de Libourne)

LGV Sud-Ouest : "les coûts sont sous-estimés, et la rentabilité sur-estimée"

 

 

Partager sur :