Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Orléans : avis négatif de la Haute autorité pour la transparence sur le cas Charles-Eric Lemaignen

-
Par , , France Bleu Orléans

Charles-Eric Lemaignen, vice-président d'Orléans Métropole, renonce à une partie de sa délégation (transport urbain), après l'avis négatif rendu par la Haute autorité pour la transparence de la vie publique. Motif : M. Lemaignen a créé une société de conseil qui a travaillé pour le groupe Keolis.

Charles-Eric Lemaignan, conseiller municipal d'Orléans et ancien président de l'agglomération
Charles-Eric Lemaignan, conseiller municipal d'Orléans et ancien président de l'agglomération © Radio France - Eric Normand

Les turbulences se poursuivent à la métropole d'Orléans. Il va en effet falloir revoir la délégation confiée à Charles-Eric Lemaignen, aujourd'hui vice-président en charge des mobilités, du transport urbain et de la politique ferroviaire. La Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HAPTV) vient de rendre un avis négatif en raison d'un possible conflit d'intérêt.

Il y a trois ans, après sa défaite aux législatives de 2017, Charles-Eric Lemaignen a créé son propre cabinet de conseil. C'est ainsi que l'an passé, il a travaillé pour Kéolis, dans le cadre d'une mission d'expertise sur les transports régionaux. Problème : Kéolis est le gestionnaire du réseau TAO (trams et bus orléanais).

Un possible conflit d'intérêt ?

Or, en juillet dernier, Charles-Eric Lemaignen a été désigné vice-président de la métropole en charge notamment des transports urbains. Il avait demandé à Christophe Chaillou, le nouveau président (PS) de la métropole, de saisir la Haute autorité pour la transparence de la vie publique. Comme l'élu le révèle lui-même dans un communiqué, la HAPTV vient d'émettre un avis négatif, estimant qu'il y avait là un possible conflit d'intérêt. 

Je trouve très regrettable de ne pas pouvoir mettre mes compétences au service de ma collectivité

Charles-Eric Lemaignen dit ne comprendre qu'à moitié cet avis. "Le transport public est une compétence essentielle d'une technicité redoutable, et donc il faut connaître. Dans la mesure où le transport public en France, c'est pour 90% des cas trois entreprises, ça veut dire que tout spécialiste du transport a travaillé d'une manière ou d'une autre avec l'une ou les trois entreprises, et c'est mon cas. Sur le fond, je trouve très regrettable de ne pas pouvoir mettre mes compétences au service de ma collectivité et comme je suis rigoureux par essence, je vais me conformer à l'avis de la Haute autorité", poursuit Charles-Eric Lemaignen, qui est aussi adjoint au maire LR d'Orléans, en charge du stationnement et de la circulation.

Charles-Eric Lemaignen reste vice-président, mais perd le transport urbain

Charles-Eric Lemaignen va donc renoncer à la partie "transport urbain" de sa délégation, mais pour résumer il pourra toujours s'occuper du vélo et des transports ferroviaires, et reste donc vice-président d'Orléans Métropole.

Le cas de deux autres élus orléanais, vice-présidents de la Métropole, a été soumis à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique : Romain Roy, vice-président chargé du plan Climat à Orléans Métropole, et Pascal Tebibel, chargé, lui, de l'attractivité économique. Mais dans ces deux cas, la Haute autorité n'a pas rendu son avis, nous expliquent les élus concernés. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess