Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Société

Hervé Gerbi, avocat grenbolois : "Nous sommes le dernier pays de l'Europe ou les policiers utilisent des LBD."

vendredi 25 janvier 2019 à 9:15 Par Nicolas Crozel et Claire Guédon, France Bleu Isère

Hervé Gerbi, avocat grenoblois, était sur France Bleu Isère ce vendredi pour s'exprimer sur les grenades de désencerclement et les LBD (lanceurs de balles de défense), utilisés par les forces de l'ordre dans les manifestations. Il nous explique pourquoi ces armes sont selon lui, obsolètes.

Hervé Gerbi, avocat grenoblois, dans les studios de France Bleu Isère
Hervé Gerbi, avocat grenoblois, dans les studios de France Bleu Isère © Radio France - Claire Guédon

Grenoble, France

"Par principe, les policiers ont le droit de se défendre quand ils sont agressés", Hervé Gerbi le reconnaît. Mais aujourd'hui "on constate que les blessés sont des manifestants pacifistes dépassés par des casseurs qui créent le désordre."

L'avocat grenoblois s'oppose à l'utilisation de ces armes par les forces de l'ordre lors des manifestations, principalement à cause d'une mauvaise manipulation. "Les balles de défense doivent être tirées dans le bas du corps, mais aujourd'hui on observe beaucoup de blessures au thorax et des gens qui perdent la vue."

"L'utilisation de ces armes repose sur la mise à distance, qui n'est parfois pas respectée" - Hervé Gerbi, avocat grenoblois 

Hervé Gerbi sur France Bleu Isère

La solution serait donc d'équiper les policiers de caméras ? C'est ce qu'a proposé le gouvernement, avec une première mise en place dès ce week-end, lors d'un nouveau samedi jaune. Mais Hervé Gerbi n'est pas convaincu, "Il est difficile de demander à un policier d'actionner sa caméra quand il doit réagir à une agression. L'autre problème c'est que l'angle ne sera pas bon pour filmer un tir de flashball, le corps du policier ne sera pas positionné de façon à bien voir la scène."

Des méthodes de défense obsolètes

Il faut néanmoins continuer à maintenir l'ordre de façon efficace, et pour cela, Hervé Gerbi propose de prendre de la distance. "Nous sommes le seul pays d'Europe à encore utiliser les LBD. Les autres pays travaillent avec les manifestants et interpellent les casseurs beaucoup plus tôt." La France serait donc en retard sur la façon d'appréhender les manifestations. 

"Notre doctrine de défense n'est plus adaptée aux violences" - Hervé Gerbi 

Hervé Gerbi s'inquiète aussi de la loi anti-casseurs, proposée par le gouvernement en janvier.  Pour lui elle "pose des questions éthiques. Nous sommes en démocratie, il faut qu'on protège la liberté de manifester."