Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Avoir 20 ans en 2021

Avoir 20 ans en 2021 : "On est obligés de se voir chez nos parents"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Pays de Savoie

Difficile de faire des rencontres ou d'entretenir sa relation amoureuse avec la crise sanitaire... Encore plus quand on est jeunes, qu'on vit chez ses parents. Rencontres avec Maëlle, Clémence, Martin, David et Gabriel, des jeunes chambériens âgés de 18 à 20 ans.

Image d'illustration
Image d'illustration © Maxppp - Sigrid Olsson

D'abord, il y a l'étape de la rencontre. Alors quand on ne peut pas trop sortir de chez soi, on se réfugie sur son téléphone et les applications de rencontre. _"Si une personne te plaît tu swypes à droite, si elle ne te plaît pas tu_ swypes à gauche... Si tu lui plais aussi, elle va te swyper et du coup vous allez matcher. Là, une discussion s'entame, _et tu vois si la personne te plaît ou pas_", explique Clémence, 18 ans, étudiante à l'Université Savoie Mont-Blanc sur le campus de Chambéry.

S'aimer à 20 ans : le reportage de France Bleu Pays de Savoie

Mais le swype, le fait de balayer son écran, ne remplace pas la vraie vie. Martin, 19 ans, est en classe préparatoire et préfère se détacher des réseaux sociaux pour se concentrer sur ce qu'il se passe à l'extérieur : "je rencontre surtout du monde en badinant à l'arrêt de  bus, ou dans la rue. Je ne vois pas pourquoi cette technique marcherait plus... _Ça a toujours fonctionné quand on n'avait pas les masques et je pense que justement les gens n'attendent que ça_."

Les rencontres dans la "vraie" vie

Et ça marche encore les rencontres dans la "vraie" vie ! David a 18 ans et depuis 4 mois, il est en couple avec Lisa. "On s'est rencontrés dans le bus... C'est elle qui est venue vers moi. Ensuite je suis revenue vers elle, un peu plus tard, en lui envoyant un message." Pas facile de se voir pendant le deuxième confinement, mais David a fait preuve de ruse, en profitant du cercle de kilomètres autorisés pour "faire son sport". 

Pouvoir se voir... mais chez les parents

C'est moins facile pour Maëlle et son copain. Ils vivent tous les deux à Entremont-le-Vieux, chez leurs parents. "On est obligés de se voir chez l'un ou chez l'autre. De mon côté, ce n'est pas possible qu'il vienne chez moi, parce que mes parents sont très à cheval sur les mesures sanitaires... De son côté moins, donc j'ai plus de facilités pour aller le voir chez lui." Mais la jeune raconte que grâce à ces obligations, ils deviennent plus compréhensifs l'un envers l'autre.

Gabriel, 20 ans, voit aussi des avantages à la situation, notamment au confinement. Avec sa copine Léa, ils sont chacun rentrés chez leurs parents, lui en Haute-Savoie, elle dans les Pays de la Loire, parce que c'était trop pesant de se retrouver à deux dans un vingt mètres carrés. "C'est embêtant parce qu'on ne se voit jamais, qu'on n'a pas de contact, etc. Mais _au moins il n'y a pas de jalousie parce qu'on ne voit personne_... Donc d'un autre côté c'est tranquille !"

Selon le sondage Odoxa, il y a 1 jeune sur 4 pour qui la Covid a détérioré la relation amoureuse et poussé à la rupture
Selon le sondage Odoxa, il y a 1 jeune sur 4 pour qui la Covid a détérioré la relation amoureuse et poussé à la rupture

Il y a quand même un jeune sur quatre pour qui la crise sanitaire a détérioré leur relation amoureuse et poussé à la rupture...

Les difficultés vécues depuis la crise sanitaire par les jeunes de 15 à 30 ans, selon un sondage Odoxa
Les difficultés vécues depuis la crise sanitaire par les jeunes de 15 à 30 ans, selon un sondage Odoxa
Choix de la station

À venir dansDanssecondess