Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Avoir 20 ans en 2021

Avoir 20 ans en 2021 : "Il faut arrêter de leur dire que tout est fichu", selon le psychiatre Xavier Pommereau

-
Par , France Bleu Gironde

France Bleu vous propose une journée spéciale ce mercredi pour aborder les problèmes rencontrés par les jeunes dans cette crise sanitaire. Le psychiatre Xavier Pommereau, invité de France Bleu Gironde, explique avoir observé un pic des consultations en psychologie après le deuxième confinement.

Xavier Pommereau, psychiatre spécialiste des adolescents en difficulté, était l'invité de France Bleu Gironde ce mercredi.
Xavier Pommereau, psychiatre spécialiste des adolescents en difficulté, était l'invité de France Bleu Gironde ce mercredi. - Capture d'écran France 3

"Il faut arrêter de dire aux jeunes que tout est fichu", martèle Xavier Pommereau, psychiatre spécialiste des adolescents en difficulté, invité de France Bleu Gironde mercredi 20 janvier. France Bleu consacre une journée spéciale, intitulée "Avoir 20 ans en 2021", aux problématiques des jeunes en période de crise sanitaire. "J'engage les adultes qui les encadrent à leur rappeler ce qu'il s'est passé en 1945 avec des villes comme Caen qui ont été bombardées et totalement détruites. On voit bien qu'on a pu reconstruire la ville, il n'y a pas de raison qu'on ne puisse pas faire pareil dans cette pandémie avec les vaccins", développe le spécialiste. "Et puis il va y avoir de nouvelles possibilités pour les jeunes, avec des métiers tournés vers l'écologie".

Selon un sondage Odoxa pour France Bleu, franceinfo et Le Figaro, 80% des jeunes assurent avoir subi des préjudices importants à cause de cette crise sanitaire. Plus d'un tiers des moins de 30 ans ont également consulté pour des questions psychologiques depuis le début de la crise, ou envisagent de le faire. Le psychiatre bordelais a effectivement remarqué une importante augmentation des consultations depuis le deuxième confinement. "Les jeunes ont assez bien supporté le premier confinement. Il était net, c'était un peu nouveau", estime Xavier Pommereau. "Mais le deuxième leur est apparu flou avec une incertitude sur l'avenir. Ils sont de plus en plus nombreux à faire des crises d'angoisse ou à montrer des signes dépressifs. Ils se replient sur eux-mêmes et se confinent encore un peu plus."

La peur d'une dévalorisation des diplômes

L'autre grande inquiétude que remarque Xavier Pommereau concerne l'avenir professionnel de tous ces jeunes. "La question qu'ils se posent, c'est de savoir si leurs diplômes vont encore avoir de la valeur. Ils ont peur qu'ils soient dévalorisés à cause de la crise", indique le spécialiste. "Et puis ils craignent aussi de ne pas trouver de travail par la suite. On n'arrête pas de leur dire que ça va être compliqué, ils voient aussi leurs parents stressés par la situation."

Pour sortir les jeunes de leur détresse, le psychiatre demande la réouverture des universités et le retour des cours en présentiel. "L'idée fausse, c'est de considérer que quand on a 20 ans et qu'on est à l'aise avec le numérique, on peut très bien suivre ses cours en distanciel", déplore Xavier Pommereau. "La transmission doit se faire en chair et en os, tous les étudiants sont en manque de présentiel. Je pense que c'était une erreur de faire un différentiel entre les écoles et les universités. Les étudiants sont aussi d'anciens adolescents, ils ont besoin de se retrouver entre eux."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess