Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Avoir 20 ans en 2021

Avoir 20 ans en 2021 : une députée LREM de Haute-Garonne veut "sortir de la sinistrose"

-
Par , France Bleu Occitanie

Sandrine Mörch préside la commission d'enquête de l'Assemblée nationale sur les effets de la crise du Covid-19 chez les jeunes. Elle estime qu'il faut "donner un signal dynamique de résistance".

Sandrine Mörch préside une commission d'enquête sur le Covid-19 et les jeunes, à l'Assemblée Nationale.
Sandrine Mörch préside une commission d'enquête sur le Covid-19 et les jeunes, à l'Assemblée Nationale. © Maxppp - Vincent Isore

Sandrine Mörch a essayé de convaincre, ce mercredi 20 janvier sur France Bleu Occitanie. La députée LREM de Haute-Garonne était invitée dans le cadre de la journée spéciale "Avoir 20 ans en 2021", menée par France Bleu. Elle est présidente de la commission d’enquête de l'Assemblée nationale pour mesurer et prévenir les effets de la crise du Covid-19 sur les enfants et la jeunesse.

"Je n'ai plus 20 ans depuis très longtemps, mais il faudrait que nous nous rappelions de nos 20 ans, de ce que nous avons vécu et comment nous nous sommes relancés" a d'abord déclaré la députée, qui estime que "les journalistes et les politiques appuient sur la sinistrose, mais il faut aussi dire que les jeunes vont aller mieux".

La députée, elle-même ancienne journaliste, estime qu'"il faut donner un signal dynamique de résistance" mais reconnaît que "les jeunes n'ont jamais vécu quelque chose qui les plonge dans autant d'incertitude".

Des problèmes sous-jacents qui remontent à la surface

D'ailleurs, un sondage Odoxa-Backbone consulting pour France Bleu, franceinfo et Le Figaro dévoile que 80% des 15-30 ans estiment avoir subi des préjudices importants liés à la crise sanitaire. Plus d'un tiers d'entre eux a déjà consulté pour des questions psychologiques.

"On est dans une crise majeure, il faut passer cette période", selon Sandrine Mörch. L'élue admet cependant que "cette crise réveille toutes les problématiques de cette jeunesse qu'on n'a jamais écouté auparavant".

Elle insiste aussi sur la mise en place de diverses aides psychologiques et sociales dans les structures universitaires, notamment via les CROUS. La députée LREM juge cependant que "ça n'est pas exclusivement à l'État" de travailler sur le sujet, mais aussi les parents, les enseignants, et associations.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess