Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Avoir 20 ans en 2021

Avoir 20 ans en 2021 : les conseils d'une psychologue pour aider une génération "maltraitée"

-
Par , France Bleu Paris

Difficile d'avoir 20 ans en 2021. Plus de fêtes, de rencontres, d'horizons pour la génération Z particulièrement touchée par la crise. Nathalie Anton, psychologue, donne ses conseils sur France Bleu Paris pour tenir le coup. "Ne pas les stigmatiser, les infantiliser, garder une routine".

La génération Z, une génération sacrifiée pour 57% des Français selon un sondage Odoxa pour France Bleu.
La génération Z, une génération sacrifiée pour 57% des Français selon un sondage Odoxa pour France Bleu. © Maxppp - Alix Minde

"Avoir 20 ans en 2020, c'est dur", disait Emmanuel Macron. Avoir 20 ans en 2021 c'est toujours aussi dur, après 10 mois de vie sous covid, et les mesures de restrictions qui perdurent. Une génération "maltraitée". "Les jeunes sont en effet particulièrement impactés par cette crise", selon Nathalie Anton, psychologue clinicienne spécialiste des adolescents et agrégée de Lettres Modernes, invitée de France Bleu Paris ce mercredi.

"Ils sont confrontés à un présent très sombre, et un avenir très incertain. Les jeunes ont normalement vocation à se projeter dans le futur, et c'est vrai qu'il en découle chez eux un très fort sentiment d'impuissance", explique Nathalie Anton.

Spécialiste des adolescents, Nathalie Anton estime que leur situation est un peu plus supportable depuis septembre avec les écoles restées ouvertes ce qui leur permet d'avoir des "interactions sociales". Les adolescents restent aussi "dans un cadre familial, donc sont peut-être moins touchés que les étudiants" même si leurs relations amoureuses, et amicales restent limitées.

Saluer leurs efforts

"Les jeunes ont cette capacité à s'adapter, c'est leur grande force", salue Nathalie Anton qui livre aux parents quelques conseils pour aider leurs grands enfants à supporter cette période.

Premier conseil : "ne pas les stigmatiser, les infantiliser". Nathalie Anton appelle les parents à "reconnaître leurs efforts en terme intergénérationnel, car eux sont peu impactés par le virus."

Deuxième conseil:  "garder une routine, une structure pour ne pas perdre pied", quand on a des jeunes encore à la maison.

Troisième conseil :  prendre le temps de partager "des moments de détente, de convivialité avec des jeux de société par exemple, des activités communes qui vont apporter un sentiment de satisfaction, de réalisation."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess