Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

AZF 19 ans après : "Ce qui nous intéresse, c'est faire évoluer la loi pour que ça ne se reproduise plus !"

-
Par , France Bleu Occitanie

Déjà 19 ans que l'accident industriel à l'usine AZF a endeuillé et traumatisé à jamais Toulouse et ses habitants. Alors que le drame de Beyrouth au Liban et l'explosion spectaculaire sur le port a ravivé les mémoires début août, de nouvelles cérémonies hommage se déroulent ce lundi.

Deux cérémonies d'hommage aux victimes sont organisées ce lundi à Toulouse, 19 ans après la catastrophe d'AZF.
Deux cérémonies d'hommage aux victimes sont organisées ce lundi à Toulouse, 19 ans après la catastrophe d'AZF. © Radio France - Vanessa Marguet

Deux cérémonies sont organisées ce lundi à l'occasion des 19 ans de la catastrophe : la première à 9h45 quartier Croix-de-Pierre avec l'association des sinistrés du 21 septembre 2001 avant celle plus protocolaire, en compagnie des officiels, à 10h au mémorial AZF, route d'Espagne. La catastrophe s'était produite à 10h17, il y a pile 19 ans. Trente-et-une personnes n'ont pas survécu dont 21 employés de l'usine et 2.500 personnes ont été blessées dont une trentaine grièvement.

Année après année, des désaccords ont persisté, mais la justice est désormais passée dans ce dossier. En 2017, la cour d'appel de Paris a condamné la société Grande Paroisse (filiale de Total) à une amende maximale de 225.000 euros. L'ancien directeur du site, Serge Biechlin, avait lui écopé de 15 mois de prison avec sursis pour "homicide involontaire".

"Les cérémonies donnent bonne conscience aux élus, mais ça ne change rien"

Le collectif "Plus jamais ça" lui va rester éloigné des cérémonies du jour. "On estime que ça ne change rien. C'est important pour les familles endeuillées, pour les personnes qui ont subi, mais ensuite, c'est un petit peu un moment obligatoire qui donne bonne conscience à nos élus. Ce qui nous intéresse vraiment, c'est faire évoluer la situation législative, la situation économique pour que ces catastrophes ne se reproduisent plus", explique un de ses membres Denis Molin. Et d'ajouter : "Quand on pense à Lubrizol à Rouen, il y a un an à peu près. La législation ne permet toujours pas de rendre moins dangereux ces sites."

"Nous souhaitons une culture de la sécurité et non plus une culture du risque." - Denis Molin du collectif "Plus jamais ça"

Il souhaite que l'Etat soit plus strict à l'encontre des industriels dans leur gestion des dangers. "Toutes les études de danger sont faites uniquement par les industriels qui se basent sur l'économiquement soutenable", explique encore ce riverain. "Alors que le législateur continue à mettre en avant la priorité de l'emploi et non la priorité de la vie. Nous souhaitons une culture de la sécurité et non la culture du risque."

Denis Molin du collectif "Plus jamais ça" réclame une vraie prise de conscience du législateur.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess