Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Baignade interdite, mais risques assumés pour les nageurs du lac d’Arc-sur-Tille

dimanche 27 mai 2018 à 19:41 Par Jacky Page, France Bleu Bourgogne

Le 6 mai dernier, un nageur d'une trentaine d'années s'était noyé dans le lac d'Arc-sur-Tille. La baignade y est interdite en attendant l'arrivée des maîtres-nageurs, en saison estivale. Sans attendre, les baigneurs bravent l’interdiction.

Les pancartes d'interdiction n'arrêtent pas les nageurs
Les pancartes d'interdiction n'arrêtent pas les nageurs © Radio France - Jacky Page

Arc-sur-Tille, France

Le drame survenu au début du mois n'a pas dissuadé les baigneurs, qui se sont rafraîchis ce dimanche dans le lac d’Arc-sur-Tille, pour échapper à la chaleur étouffante. Des pancartes oranges sont clouées sur des piquets enfoncés dans l’eau. On peut y lire : « baignade interdite jusqu’au 01/06/18 inclus, car non surveillée et non aménagée ». Pourtant, une trentaine de nageurs n’en tiennent pas compte. 

"On ne peut pas non plus tout interdire aux gens"

Parmi eux, Marie-France. Cette retraitée adepte depuis 40 ans des baignades en lacs et rivières, est venue en famille pour profiter des eaux fraîches du plan d'eau : « partout au bord des rivières, ils mettent des panneaux comme ça, pour se dégager de leurs responsabilités tant que les baignades ne sont pas surveillées. C’est pour se dédouaner, mais on le comprend. Après, on ne peut pas non plus tout interdire aux gens. Ça n’est pas parce qu’il va y avoir des pancartes que ceux qui veulent aller se baigner ne vont pas y aller ». Marie-France estime qu’on vit aujourd’hui dans une société où tout est interdit. Son mari, Gérard, estime par ailleurs qu’ils font tout pour limiter les risques : « on attend d’avoir digéré, on se mouille progressivement, jusqu’à la taille, et puis les bras, la nuque ».

"Des risques, il y en a toujours eu"

Mathieu lui, est originaire du littoral Atlantique, et dans les vagues de l'océan il a appris à ne pas craindre l'eau froide. Le lac d’Arc-sur-Tille, il y nageait l’an dernier jusqu’en novembre. Pour lui, pas question d’attendre sagement la période de baignade surveillée : « c’est dommage d’avoir une limitation dans le temps de la baignade. On peut se dire qu’on peut encore faire ce qu’on veut dans la vie, même si on comprend qu’il y a des risques.  Il y en a toujours eu ».

Amanda et Sylvie reviennent sur la berge. Pour elles, la baignade a été brève, et s'est limitée à entrer dans le lac jusqu'aux chevilles. Par par souci de respecter l'interdiction, d'ailleurs, elles n'ont même pas remarqué la pancarte, mais tout simplement parce qu'elles ont trouvé l'eau vraiment trop froide.

Le 2 juin, la baignade sera de nouveau autorisée au lac d'Arc sur Tille, avec le retour des maîtres-nageurs au poste de secours, les week-ends et les mercredis. Ce sera tous les jours en juillet et août