Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Baisse du pouvoir d'achat : le ras-le-bol des retraités rochelais

mardi 9 octobre 2018 à 7:54 Par France Bleu La Rochelle, France Bleu La Rochelle

Ce mardi, une nouvelle journée de mobilisation interprofessionnelle est organisée pour défendre le pouvoir d'achat. Les retraités notamment seront dans la rue dans toute la France, y compris en Charente-maritime.

Jocelyne, 65 ans (à droite), a travaillé toute sa vie mais ne se "sent pas récompensée" par les mesures du gouvernement.
Jocelyne, 65 ans (à droite), a travaillé toute sa vie mais ne se "sent pas récompensée" par les mesures du gouvernement. © Radio France - Marie-Jeanne Delepaul

La Rochelle, France

C'est une énième journée de mobilisation contre les réformes du gouvernement.  Ce mardi, plusieurs syndicats (FO, CGT, Solidaires et FSU) ainsi que des organisations d'étudiants et de lycéens (l'Unef et l'UNL) ont appelé à manifester pour défendre, entre autres, le pouvoir d'achat. 

En Charente, des manifestations sont prévues à 14h à Angoulême (Allées New York, précédé d'un pique-nique), à 10h à Confolens et à 17h30 à Cognac.  En Charente-maritime les manifestations partent toutes à 10h30, de la place de Verdun à La Rochelle, de la place Colbert à Rochefort et du palais de justice à Saintes. 

Les retraités protestent notamment contre deux mesures : le gel des pensions de retraite, qui ne seront pas revalorisées autant que l'inflation ; et la hausse de la CSG de 1,7 point depuis janvier. C'est ça qui pèse sur le budget de Jocelyne. Cette Rochelaise de 65 ans est à la retraite depuis 3 ans : "j'ai fait le calcul, ça nous fait presque 80 euros par mois en moins à cause de la hausse de la CSG. Les retraites aussi, c'est une catastrophe. J'ai 857 euros par mois. Heureusement que j'ai encore mon mari, parce que mon loyer est à 760 euros." Le plus difficile, pour elle, c'est de ne plus pouvoir aider ses enfants et ses petits-enfants : "ma petite fille a fêté ses 19 ans, elle habite au Mans, on n'a pas pu y aller. Ça nous aurait coûté 250 euros pour le voyage, l'essence, le péage... je ne peux pas."

"J'ai donné à la France toute ma vie, on n'est pas récompensés" - Jocelyne, 65 ans

Jocelyne a commencé à travailler à quinze ans et demi, comme caissière, puis charcutière, bouchère, et elle a terminé sa carrière comme responsable de caisse et d'accueil dans une grande enseigne de bricolage : "j'ai toujours travaillé, sans absentéisme, j'ai toujours payé des impôts, j'ai donné à la France quand même ! On n'est pas récompensés."

Jocelyne, 65 ans, a des fins de mois difficiles à cause de la hausse de la CSG.

Yvette, qui habite également La Rochelle, et a 76 ans, manifeste régulièrement. Elle a le sentiment d'être la "vache à lait" du gouvernement : "je n'arrive plus à joindre les deux bouts. Je touche 635 euros par mois. J'ai travaillé de 15 à 62 ans. J'étais cadre en confection, _j'ai bossé toute ma vie, mais on n'a plus rien_. Sans mon mari, je ne sais pas ce que je deviendrai. Nos pensions sont gelées depuis au moins cinq ans ! On ne peut plus partir en vacances, sortir, je suis écœurée ! Ce président n'est pas pour nous, il est pour ceux qui ont de l'argent." Pour compléter sa retraite, Yvette cherche "activement" du travail. Elle soupire : "vous vous rendez compte, à mon âge ?"

Yvette, Rochelaise de 76 ans, "ne sort plus, ne part plus en vacances", son budget est trop serré.