Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Le « vivre-ensemble » : un enjeu électoral 2017

VIDEOS - Non, le bar PMU de Sevran n'est pas interdit aux femmes

lundi 13 mars 2017 à 6:50 Par Marion Chantreau, France Bleu Paris et France Bleu

Un reportage diffusé sur France 2, le 7 décembre 2016, montrait deux femmes mal accueillies dans un bar PMU de Sevran en Seine-Saint-Denis. La séquence avait déclenché une polémique. Le propriétaire de l'établissement porte plainte et le Bondy Blog a mené une contre-enquête.

Amar Salhi, propriétaire du Jockey Club, bar PMU de Sevran
Amar Salhi, propriétaire du Jockey Club, bar PMU de Sevran © Radio France - Marion Chantreau

Sevran, France

Un reportage diffusé au JT de 20 heures de France 2, le 7 décembre 2016, laisse entendre que le bar PMU Le Jockey Club, quartier Rougemont à Sevran, n'est pas accessible aux femmes. On y voit deux femmes du collectif "la brigade des mères", accueillies froidement dans ce PMU de Seine St Denis, la journaliste ajoutant en voix off "dans ce bar, pas de mixité". Trois mois après la diffusion du sujet, le Bondy Blog publie une contre-enquête fouillée où l'on apprend que les femmes ne sont pas exclues de ce café et qui remet en cause le montage du reportage.

La séquence avait déclenché une polémique, de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux, et continue de susciter des commentaires politiques de tous bords. Dernier en date, lors de l'Emission politique sur France 2 et le face à face entre Laurent Wauquiez et Benoît Hamon. Le propriétaire du bar PMU depuis 7 ans, Amar Salhi, 59 ans, va porter plainte contre France Télévisions pour diffamation et provocation à la haine raciale. Il a été durement éprouvé par cette affaire. France Bleu est allé à sa rencontre.

A l'intérieur de ce bar PMU où France Bleu s'est rendu, les hommes sont certes les clients les plus nombreux qui boivent des cafés, parient sur les courses hippiques, mais l'établissement est aussi fréquenté par une clientèle féminine, des fidèles pour certaines. Jacqueline et Elisabeth viennent par exemple régulièrement prendre un verre, un café, jouer aux jeux de grattage ou aux courses et s'y sentent "bien accueillies". D'autres femmes croisées dans le quartier témoignent "être déjà entrées dans l'établissement et avoir été accueillies correctement".

Le reportage diffusé par France 2 a choqué des habitants de Sevran, des habitués du café comme Mohamed : "La plupart des politiques se sont emmêlés les pinceaux dans cette affaire. Les musulmans ont été stigmatisés une fois de plus, accusés de ne pas accepter les femmes, mais c'est faux! On trouve de tout ici.

"Cette polémique porte préjudice aussi à la commune", ajoute Mohamed qui précise qu'il était présent quand les deux femmes membres du collectif "la brigade des mères" sont venues. Certes le ton est monté avec un client, mais il dit leur avoir "proposé de boire quelque-chose et je leur ai dit que personne ne les embêterait ici".

Ici, il y a des femmes, des musulmans, des juifs, des catholiques, des noirs, des arabes, des blancs... Mohamed, un client.

Le propriétaire Amar Salhi va porter plainte contre France Télévisions pour diffamation et provocation à la haîne raciale. Il souhaite récupérer la vidéo intégrale du reportage enregistrée dans son bar, qui dure selon lui 24 minutes. Il a engagé un avocat et veut se battre pour rétablir "sa dignité et la vérité".

Le reportage de France Bleu à Sevran