Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Baromètre 2019 de la pauvreté : "il faut absolument qu'on écoute nos enfants"

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Le Secours populaire publie aujourd'hui son treizième baromètre de la pauvreté en France. Toute une partie de l'étude est consacrée au ressenti des enfants. 82% d'entre eux veulent agir contre la pauvreté. "Cela donne de l'espoir", dit Marie-Françoise Thull, présidente de l'association en Moselle.

Marie-Françoise Thull, présidente du Secours Populaire en Moselle
Marie-Françoise Thull, présidente du Secours Populaire en Moselle © Radio France - Magali Fichter

Metz, France

Le Secours populaire publie aujourd'hui son treizième baromètre de la pauvreté en France. Selon cette étude réalisée avec Ipsos, le seuil de pauvreté subjectif moyen est fixé à 1193 euros par mois. Un chiffre derrière lequel se cachent des réalités compliquées pour de nombreux Français : "ils ont des difficultés sur tous les plans, explique Marie-Françoise Thull, la présidente du Secours populaire en Moselle. Le logement, l'énergie, la santé, la culture évidemment, mais même pour l'alimentation, tous les actes de la vie sont difficiles."

Marie-Françoise Thull, invitée de France Bleu Lorraine

Les smicards "ne meurent pas de faim. Mais ils ne peuvent pas vivre, ils ne font que survivre"

1193, c'est quasiment le montant du SMIC net. "Dans ces catégories de revenus, les gens ne meurent pas de faim, concède Marie-Françoise Thull. Mais ils ne partent pas en vacances, ne peuvent pas acheter des vêtements neufs à leurs enfants, pas de jouets pour Noël. Ils ne peuvent pas vivre, ils ne font que survivre." Cela signifie aussi que la pauvreté s'enracine, malgré la baisse du chômage.

Les enfants sont les premières victimes de la précarité."

Le baromètre 2019 s'intéresse tout particulièrement aux enfants. Il ressort de l'étude que la plupart d'entre eux s'estiment préservés de la pauvreté, disent manger correctement et vivre dans une maison en bon état, alors qu'ils constatent aisément la précarité chez leurs petits camarades : "les enfants sont les premières victimes de la précarité, même si même dans les familles en grande difficulté, l'enfant passe toujours d'abord", insiste Marie-Françoise Thull.

Pour les enfants, la pauvreté, c'est une injustice, et ils ne supportent pas l'injustice."

Le sondage montre aussi que pour plus de 80% d'entre eux, les enfants disent vouloir s'engager. "Cela donne de l'espoir. Les enfants sont partants, ils considèrent que la pauvreté, c'est une injustice, et ils ne supportent pas l'injustice, donc ils ont envie d'agir. Ils disent aussi 'les adultes ne nous écoutent pas !'" comme on l'a vu avec les mouvements écologistes chez les adolescents. "Alors, conclue Marie-Françoise Thull, il faut absolument qu'on écoute nos enfants."

Vous pouvez contacter le Secours populaire 57 à cette adresse : contact@spf57.org

Choix de la station

France Bleu