Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Barrage à Sivens : quatre ans de discussions pour aboutir à un impossible consensus ?

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Est-ce qu’il y aura un barrage Sivens 2 ? La réponse devrait être rendue ce lundi. Les participants au projet de territoire (ICC instance de co-construction) vont voter autour d’un projet de nouvelle retenue pour la vallée du Tescou entre le Tarn et le Tarn-et-Garonne.

La sécheresse de cet été a donné un argument de plus aux partisans d'un barrage à Sivens.
La sécheresse de cet été a donné un argument de plus aux partisans d'un barrage à Sivens. © Maxppp -

Est-ce qu’il y a aura un barrage à Sivens ? Comment la ressource en eau dans la vallée du Tescou va-t-elle être gérée ? La réponse dans ce dossier ultra chaud depuis la mort de Remi Fraisse en 2014 est attendue ce lundi 9 septembre. Une première réunion "décisive" avait été programmée le 15 juillet et avait dû être reportée in extrémis en raison d’une nouvelle proposition des écologistes (une solution qui prévoyait une petite retenue vers Bayssières et des canalisations).

Faire se parler les deux camps

Pendant l’été, de nouvelles analyses ont été réalisées sur les projets présentés et les solutions possibles. Le projet des environnementalistes a été jugé trop cher et difficile à réaliser par le bureau d’étude. Reste donc le projet d’un barrage à Sivens, toujours en partie sur la zone humide mais plus petit que le premier. Un projet qui sera mis au vote ce lundi. 

Mais malgré quatre ans de travail, les conditions pour un consensus paraissent toujours difficiles à réunir. Lancé après la mort de Rémi Fraisse, l’instance de co-construction avait d’abord comme but de faire discuter les deux camps et ensuite, de trouver une solution pour irriguer la vallée du Tescou. Mais malgré des dizaines de réunions de la commission eau, le consensus est loin d’être trouvé. 

Pas d'études sur les réels besoins 

La solution proposée par la présidente, la maire de Lisle-sur-Tarn et conseillère départementale, Marilyn Lherm convient aux agriculteurs même si la retenue a été revue à la baisse. En revanche, les associations écologistes ont toujours dit qu’elles n’accepteraient en aucun cas un barrage "sur le Tescou amont" la zone de Sivens. Ce qu’ils ne comprennent pas non plus, c’est que les besoins en eau (combien de m3 et pourquoi faire ) n'ont pas été définis. Pour eux, cela devait être un préalable aux discussions. 

Enfin ce qui laisse penser que les tensions pourraient monter d’un cran, c’est la présence d’ancien Zadistes à la fin d’une des dernières réunions fin juillet. Les opposants également ont lancé une opération virale ces derniers jours. Des centaines d’emails envoyés aux élus et décideurs d’Occitanie pour tenter de faire entendre leurs arguments. 

La proposition portée par le département du Tarn 

France Bleu Occitanie s'est procurée la proposition qui sera soutenue par la présidence du projet de territoire territoire ce lundi.
"Dans l'attente de la prise de décision quant aux volumes répondant aux besoins sur le bassin versant du Tescou et aux enjeux d’avenir soulevés dans la charte devant donner lieu au lancement d’une étude spécifique menée par l’Agence de l’Eau et bénéficiant d’une participation  financière des Départements du Tarn et de Tarn-et-Garonne et la Région Occitanie, l'Instance de Co-Construction du projet de territoire du bassin versant du Tescou décide d'approuver un schéma de principe d'organisation de la ressource en eau s’appuyant sur les 3 axes suivants :   

  • Axe 1 : Une optimisation de la retenue du Thérondel associée à l'utilisation du réseau du Syndicat d’Irrigation de Reynies,   
  • Axe 2 : la valorisation et la mutualisation des retenues collinaires individuelles pour le soutien des écoulements naturels du Tescou et l’alimentation des coteaux,  
  • Axe 3 : La création d’un ouvrage sur le haut bassin du Tescou limité à une faisabilité technique et constructible allant jusqu’à 1 000 000 m3 »

Une avancée pour les écolos ?

Pour Guillaume Cros, élu EELV à la Région Occitanie, cette résolution est une réelle avancée.

Cet opposant historique au barrage de Sivens était l'invité de France Bleu ce lundi 9 septembre à 8h18. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu