Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Barrages filtrants sur le plateau de Saclay

-
Par , France Bleu Paris
Saclay, France

A quelques jours du lancement de la COP 21, la préfecture de l'Essonne a pris un arrêté qui institue dès ce vendredi une "zone de protection ou de sécurité" dans toute la zone du plateau de Saclay. Un dispositif sensé éviter que le site constitue la "base arrière" de militants écologistes.

© Maxppp

Si vous circulez sur le plateau de Saclay à partir de ce vendredi, il va falloir montrer patte blanche. La préfecture de l'Essonne a pris un arrêté qui fait du plateau de Saclay une "Zone de protection ou de sécurité" jusqu'au 14 décembre, c'est à dire le temps de la COP21.

Un dispositif exceptionnel qui permet aux forces de l'ordre de contrôler toutes les identités et fouiller des véhicules si nécessaire.  Selon cet arrêté, si des personnes qui passent sur cette zone ne "peuvent pas justifier de la nécessité de leur présence ou de leur passage ", alors elles devront "quitter sans délai la zone de protection ou de sécurité".

Selon la préfecture, "il fallait éviter que le plateau serve de base arrière et de point de fixation pour les manifestants les plus virulents". Plusieurs militants écologistes ont en effet annoncé leur arrivée à Saclay ce vendredi,  principalement des zadistes en provenance de Notre-Dame-des-Landes.

Lise travaille à l'IUT d'Orsay. Dans cet établissement, les étudiants et le personnel ont été prévenus des nouvelles obligations pour accéder à l'IUT:

"Tous les étudiants doivent être munis de leur carte d'étudiants. Et pour les salariés, comme on a pas de carte professionnelle, il faut avoir une fiche de paie prouvant que l'on travaille sur l'université".

Mais Lise craint surtout de devoir vivre un calvaire pour arriver jusqu'au travail :

"Ca va être l'embouteillage complet. On viendra travailler c'est sûr, mais bon, je sais pas à quelle heure".

De leur côté, les militants écologistes dénoncent un "détournement de l'état d'urgence". Claire le Cornec habite à Palaiseau et fait partie du collectif Notre Dame/Plateau de Saclay:

"L'Etat d'urgence c'est surtout sécuriser contre le terrorisme. Là ce qu'on voit c'est que cet objectif premier s'étend à toute sorte de manifestation. On pense que très largement l'Etat d'urgence est dévoyé de son utilité première pour contrôler tous les mouvements sociaux et environnementaux"

Si des passants refusent de se soumettre aux contrôles des forces de l'ordre, ils risquent six mois de prison et 7500 euros d'amende.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess