Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bas-Rhin : les professionnels excédés par l'interdiction de la vente des pétards au mois de décembre

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

La préfecture du Bas-Rhin interdit la vente et l'utilisation d'artifices de divertissement dans le département du 1er décembre 2020 au 4 janvier 2021. Une injustice estiment les vendeurs, car les particuliers peuvent continuer à acheter sur internet leurs pétards pour la nuit de la Saint-Sylvestre.

La vente des pétards est strictement interdite dans le Bas-Rhin entre le premier décembre 2020 et le 4 janvier 2021
La vente des pétards est strictement interdite dans le Bas-Rhin entre le premier décembre 2020 et le 4 janvier 2021 © Maxppp - Thierry Gachon

Décidément 2020 n’est pas une année comme une autre. La tradition des pétards du Nouvel An est sacrifiée dans le Bas-Rhin. Entre le 1er décembre 2020 et le 4 janvier 2021, il est strictement interdit de vendre des feux d’artifice et des pétards dans le département. Leur utilisation est aussi prohibée pendant cette période. La préfecture n’était jamais aussi loin dans les interdictions. Elle avance plusieurs arguments : les risques de blessures et de débordements la nuit de la Saint-Sylvestre, la crise sanitaire et les risques de contamination au Covid-19 en cas de rassemblements et la menace terroriste.

Une injustice pour les vendeurs de pétards

Les professionnels du secteur doutent de l’efficacité de ces mesures, car il est très facile d’acheter ces feux d’artifice sur internet. Caroline Kempf est la gérante de Fiesta Republic, un magasin d'articles de fête à Strasbourg. Ce lundi 30 novembre, elle a vu débarquer dans son magasin de nombreux clients avertis, qui ont acheté des pétards avant que ça ne soit trop tard. 

"Je ne comprends pas parce qu'on nous interdit de vendre de tous petits artifices utilisés dans un cercle familial, s'insurge-t-elle. Tout ça parce que d'autres personnes se procurent des produits illégaux, des mortiers, dont ils font une utilisation presque criminelle. On peut comparer ça à la vente de cigarettes. C'est comme si on interdisait la vente de cigarettes, parce qu'il y en a qui fument des joints. Ça n'a rien à voir, ça n'est pas du tout le même marché, pas du tout les mêmes articles et les mêmes consommateurs. C'est n'importe quoi."

Les Alsaciens continueront à acheter sur internet

La situation est d’autant plus intolérable pour les professionnels que les particuliers pourront continuer à acheter tranquillement leurs pétards sur internet. Mathieu, qui habite dans la vallée de la Zorn, se fait livrer un colis chaque année : "Je me prends un assortiment avec différentes fusées et différents mortiers, jusqu'aux petits pétards pour les enfants. Je fais ça chaque année, je commande pour 150 à 200 euros. Même si je ne suis pas Alsacien, je suis quand même attaché à la tradition des pétards en Alsace."

Pour ce gérant alsacien d'un magasin d'artifices, qui a voulu rester anonyme, cette décision d'interdire la vente des pétards tout au long du mois de décembre est un coup de poignard : "On fait tout dans la légalité, témoigne-t-il, très remonté. On a déjà acheté au printemps les pétards pour ce Nouvel An, on s'est endettés pour ça. Ils veulent vraiment qu'on ferme". 

Un énorme manque à gagner

Pour Fiesta Republic, la vente des feux d’artifice et des pétards représente la moitié du chiffre d’affaires du magasin au mois de décembre. "C'est vraiment nous mettre des bâtons dans les roues, on ne s'y attendait pas, déplore Caroline Kempf. On nous a déjà privé du 14 juillet, de Halloween. Pour la fin d'année, on a perdu nos principaux clients, les restaurants et les discothèques, pour tout ce qui est décorations, cotillons. Et maintenant, on nous enlève aussi les feux d'artifice. Sans aucune compensation évidemment. Je ne sais pas comment on va finir l'année." 

En général, Caroline Kempf emploie une douzaine de salariés dans son magasin au mois de décembre, ils ne seront que cinq cette année.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess