Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Bayonne : coup de froid sur le centre d'accueil des migrants

-
Par , France Bleu Pays Basque

Le divorce est consommé entre l'agglo Pays Basque et l'association Atherbea qui gérait le centre d'accueil provisoire des migrants 'Pausa' depuis son ouverture il y a un an sur le quai Lesseps à Bayonne. Cinq salariés se retrouvent au chômage.

Une semaine après la fin soudaine de leur contrat, trois ex-salariés sont retournés au centre Pausa ce vendredi pour dire au revoir aux accueillis et aux bénévoles
Une semaine après la fin soudaine de leur contrat, trois ex-salariés sont retournés au centre Pausa ce vendredi pour dire au revoir aux accueillis et aux bénévoles © Radio France - Oihana Larzabal

Bayonne, France

Le feu couvait sous la cendre depuis plusieurs semaines... la nouvelle a été officialisée samedi dernier par un communiqué nébuleux de la Communauté d'agglomération Pays Basque (CaPB) : "Le maintien du cadre multi-partenarial n’étant pas pleinement partagé, la Communauté Pays basque assurera dès le 01er novembre 2019 la gestion directe de Pausa". En cause : un point de vue radicalement différent sur la question de la sécurité.

Communiqué de la Communauté d'agglomération Pays Basque publié samedi 2 novembre - Aucun(e)
Communiqué de la Communauté d'agglomération Pays Basque publié samedi 2 novembre -

Autoritarisme

Le malaise s'est installé au centre Pausa depuis la nomination - par l'agglomération - d'un chargé de mission sécurité/sûreté. Un homme autoritaire  surnommé "Rambo" ou encore "Benalla". Selon des témoignages recueillis par Berria, il réveillait les réfugiés à coups de pied et interdisait l'entrée aux maghrébins. Des actes dont la CaPB dit ne pas avoir connaissance, n'avoir reçu aucune saisine. Elle n'a donc pas ordonné d'enquête. 

Les règles ont changé depuis l'arrivée du chargé de mission nommé par l'agglo - Radio France
Les règles ont changé depuis l'arrivée du chargé de mission nommé par l'agglo © Radio France - Oihana Larzabal

Pour renouveler la convention qui arrivait à échéance le 31 octobre, Atherbea, gestionnaire du centre, demandait à ce que cet homme soit placé sous son autorité comme l'étaient déjà les six salariés. Demande rejetée par le président de la CaPB et maire de Bayonne, Jean-René Etchegaray, qui ne voulait pas déléguer 100% de la gestion du centre. C'est ainsi que le partenariat a pris fin.

Transition

Faute d'accord, l'agglomération a donc pris la gestion du centre à son compte. Jeudi 31 octobre, elle a rencontré les six salariés qui étaient jusque là employés par Atherbea pour leur expliquer la situation. Aujourd'hui, un seul continue de travailler à Pausa. "La transition s'est opérée sans interruption" se félicite la mairie de Bayonne, assurant que cinq personnes ont été ou sont en passe d'être recrutées ainsi qu'un coordonnateur. La gestion de la nuit a elle été externalisée à une société privée. 'Pausa' est désormais fermé de minuit à sept heures du matin. Pas de travailleurs sociaux ou de bénévoles durant ce créneau horaire comme c'était le cas pendant un an, seuls deux vigiles sont présents. La mairie affirme que les réfugiés qui arriveraient pendant la nuit seront tout de même accueillis et hébergés. 

Les horaires sont affichés à l'entrée du centre Pausa - Radio France
Les horaires sont affichés à l'entrée du centre Pausa © Radio France - Oihana Larzabal

Une semaine après la fin soudaine de leur contrat, trois salariés se sont rendus au centre Pausa ce vendredi pour récupérer leurs affaires mais surtout dire au revoir aux réfugiés et bénévoles, ce qu'ils n'avaient pas pu faire jeudi dernier. A leur arrivée, de nombreux accueillis sont allés à leur rencontre ne comprenant pas leur absence si longue. "Comment on va faire sans vous ?" pouvait-on entendre. Assis sur un lit de camp dans un recoin du centre, Abdoul confie : "l'ambiance a changé depuis que vous êtes partis"...

Diakité

L'association Diakité avait impulsé la création de ce centre l'an dernier. Depuis un an, les bénévoles continuent de se relayer pour accueillir les réfugiés, leur prodiguer des cours, les aider dans leurs démarches. Suite aux événements de la semaine dernière, les adhérents se retrouvent pris entre deux feux. L'association doit convoquer une assemblée générale d'ici la fin du mois.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu