Société

Le procureur du Mans sur l'année judiciaire, et la lutte contre la radicalisation

Par Christelle Caillot, France Bleu Maine mardi 31 janvier 2017 à 11:40

Fabrice Bélargent, procureur de la république du Mans
Fabrice Bélargent, procureur de la république du Mans © Radio France - Christelle Caillot

VIDEO : Fabrice Bélargent, le procureur du Mans sur le bilan de l'année judiciaire 2016

Fabrice Bélargent, le procureur du Mans du tribunal de grande instance revient sur le bilan de l'année judiciaire 2016 après l'audience de rentrée solennelle qui s'est déroulée le vendredi 27 janvier dernier.

Année judiciaire stable

"Le bilan est positif sur l'action judiciaire mais à la fois extrêmement mitigé sur les moyens qui sont mis à notre disposition" nous dit Fabrice Bélargent, le procureur du Mans. "L'évolution est plutôt stable mais elle ne doit pas nous faire oublier que le département de la Sarthe est quand même un département où le taux de criminalité est relativement important par rapport à nos voisins; notamment si on se réfère aux cambriolages, aux violences intra-familiales. Les points noirs sont les cambriolages et les violences dans les familles au sein du couple et sur les mineurs".

la lutte contre la radicalisation

Sur la sécurité intérieure, le procureur de Paris François Molins a déclaré la semaine dernière que la menace d'attentat était toujours aussi forte en France, alors qu'en est-il en Sarthe ? "Nous en région, on travaille dans la lutte contre la radicalisation" poursuit le procureur du Mans Fabrice Bélargent, "c'est-à-dire que l'on travaille avec les services de police et de gendarmerie sur la détection des individus à se radicaliser. On travaille aussi sur les mineurs susceptibles de quitter le territoire national parce qu'ils ont été harponnés sur les réseaux sociaux. Je ne parle pas de surveillance, je ne vous donnerai pas le nombre de personnes surveillées, je parle de détections. Ce que l'on peut dire, c'est que chaque semaine, on a un à deux signalements inquiétants de mineurs".

Le rôle du parquet financier

Après l'article du Canard Enchaîné sur Pénélope Fillon, le parquet financier de Paris s'est saisi de l'affaire. On a demandé Fabrice Bélargent procureur du Mans pourquoi il ne l'avait pas fait alors qu'il en avait les compétences. Voici sa réponse : "En théorie, un parquet est compétent si une infraction a été commise sur son ressort de compétence, si une personne est domiciliée sur son ressort de compétence. Le parquet financier de Paris s'est saisi, donc je n'ai pas de commentaire à faire. Je ne peux pas être amené à travailler avec eux, une fois qu'il s'est saisi, il a une compétence exclusive". Et quand on lui demande si certaines auditions peuvent avoir lieu en Sarthe : "s'il y a des auditions, elles seront faites sous l'autorité du parquet national financier et moi je n'ai pas de commentaire à faire" même s'il reconnait quand même que certains témoins pourront être entendus dans le département.