Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Beaucoup de questions à Montargis après l'effondrement d'une partie de la berge

lundi 6 novembre 2017 à 6:01 Par Noémie Lair, France Bleu Orléans

Certains habitants de Montargis s'interrogent après l'effondrement d'une partie de la digue du canal de Briare jeudi soir. L'inondation catastrophique de juin 2016 est encore dans toutes les têtes. Plus qu'inquiets, ils sont préoccupés par l'état de la berge. Des travaux sont à prévoir.

La digue s'est effondrée sur une vingtaine de mètre, laissant apparaître les câbles et tuyaux.
La digue s'est effondrée sur une vingtaine de mètre, laissant apparaître les câbles et tuyaux. © Radio France - Noémie Lair

Montargis, France

En plein coeur de Montargis, une vingtaine de mètres de la berge du canal de Briare se sont effondrés jeudi 2 novembre. Quelques jours après cet effondrement, beaucoup de questions restent sans réponse : comment cette digue s'est-elle effondrée ? Pour quelles raisons ? Qui va payer les réparations ?

Il faut qu'il y ait un travail en amont sur toutes les structures." - Catherine, une habitante de Montargis

Ce n'est pas tant l'effondrement de la berge qui inquiète Catherine, une riveraine qui a connu les inondations de 2016, mais ce qu'il dit de l'état de canaux : "Je préfère que ça s'écroule maintenant et qu"il y ait une prise de conscience de tous les politiques ou toutes les personnes en responsabilité des faiblesses des différentes structures, plutôt que d'attendre qu'il y ait un nouvel événement comme il y a un an. Il faut qu'il y ait un travail en amont sur toutes les structures."

Une faiblesse de la berge constatée plusieurs semaines auparavant

Les premiers éléments de réponse sont apportés par l'adjoint au maire en charge de l'urbanisme, Benoît Digeon. Des travaux étaient en cours sur le chemin de halage pour construire la Véloroute reliant la Seine à la Loire. Ils ont été interrompus il y a quelques semaines après la découverte d'un affaiblissement de la berge. "Les inondations de juin 2016 ont sans doute fragilisé le mur." D'autant qu'il est très ancien, il a été construit au 16ème siècle. Des travaux de consolidation étaient donc prévus.

Aucun engin de chantier ne devait circuler sur cette partie de la berge. L'interdiction a-t-elle était respectée ? Les vibrations provoquées par les travaux expliquent-elles, à elles seules, l'effondrement ? L'adjoint au maire s'interroge. Toujours est-il qu'une expertise a été demander pour déterminer les responsabilités de chacun. C'est l'établissement public Voies navigables de France (VNF) qui assure l'entretien du canal.

D'importants travaux sont à prévoir

Place ensuite aux travaux pour réaménager la digue. "Il va falloir faire des travaux comme pour la berge juste en face qui avait été emportée lors des inondations de juin 2016, c'est-à-dire faire des travaux relativement importants."

"Ce qu'il faudrait ce que les travaux aillent assez vite parce qu'on ne peut pas avoir de circulation sur le canal tant que les travaux ne sont pas faits, explique l'adjoint au maire. J'espère que les travaux vont pouvoir démarrer rapidement, en accord avec les compagnies d'assurance et VNF. VNF qui a d'ailleurs sa part de responsabilité puisque l'ouvrage est très ancien et fragilisé. On aurait dû, peut-être, ne pas faire de travaux tels qu'ils ont été faits là."

Mais Benoît Digeon se veut rassurant : la zone a été totalement fermée des deux côtés et les câbles et tuyaux, désormais à nu, continuent de fonctionner.