Société

A Beaune, la maison de retraite Le Clos des vignes inaugure l'espace Aloïs, qui accueille 14 malades d'Alzheimer

Par Marion Bastit, France Bleu Bourgogne lundi 26 octobre 2015 à 21:13

"Les chats nous aident beaucoup à canaliser les résidents", raconte l'infirmière
"Les chats nous aident beaucoup à canaliser les résidents", raconte l'infirmière © Radio France - Marion Bastit

Ce lundi après-midi, la maison de retraite privée Le Clos des vignes, à Beaune, a inauguré l'espace Aloïs. Cette unité de 14 chambres est réservée aux personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer. Elle vise une prise en charge individualisée des malades.

A Beaune, Le Clos des vignes s'adapte aux malades d'Alzheimer. Ce lundi après-midi, cette maison de retraite privée a inauguré l'espace Aloïs - du nom du médecin qui a découvert cette maladie, une unité de 14 chambres réservées aux malades d'Alzheimer. Les travaux ont duré près de deux ans, et ont coûté 1,7 millions d'euros.

Le Clos des vignes a construit 14 chambres adaptées aux malades d'Alzheimer. - Radio France
Le Clos des vignes a construit 14 chambres adaptées aux malades d'Alzheimer. © Radio France - Marion Bastit

« Il faut qu'on puisse pallier à toutes les difficultés générées par cette maladie : la déambulation, la perte de repères dans l'espace et dans le temps... On a donc des locaux plus sécurisés, explique Martial Paquet, le directeur de la maison de retraite. Et dans la prise en charge au quotidien, on propose des activités encore plus individualisées, qui permettent d'être encore plus dans le respect du rythme de la personne. »

Individualiser le suivi

Pour éviter que les 14 malades ne se sentent perdus entre tous les visages, seules deux équipes, un aide-soignant et un aide médico-psychologique, se relaient auprès d'eux. Tous les jours, ils organisent des ateliers individuels avec chacun des résidents. « On appelle ça des animations flash, explique le directeur. Ce sont des petits temps de sollicitation qui permettent de faire appel à ce qui leur reste de souvenirs, d'avoir des moments de plaisir, de bonheur. »

Pour stimuler la mémoire, des ateliers cuisine, lecture... et pliage de linge ! - Radio France
Pour stimuler la mémoire, des ateliers cuisine, lecture... et pliage de linge ! © Radio France - Marion Bastit

« Pour canaliser quelqu'un de très angoissé par exemple, on a un tiroir avec des photos, et tout de suite, même si ça ne dure pas longtemps, ça va permettre de les calmer, explique Alexandra Crochet, l'infirmière coordinatrice des soins. On a aussi de la musique, et puis deux chats, qui nous aident beaucoup."

"Les chats nous aident beaucoupà les calmer" Alexandra Crochet, infirmière

Aloïs, un chaton gris, et Zen, un gros chat blanc, sont un peu les mascottes de l'unité. « La semaine dernière, il y avait une dame en fauteuil roulant qui était très énervée, raconte-t-elle. On lui a mis le petit chat sur les genoux. Il s'est couché, il s'est endormi. Elle bougeait avec son fauteuil roulant, elle prenait le chat, et elle s'est canalisée toute seule. »

Des plantes pour raviver les souvenirs

Avec ses arbres fruitiers, le jardin sensoriel stimule aussi le goût. - Radio France
Avec ses arbres fruitiers, le jardin sensoriel stimule aussi le goût. © Radio France - Marion Bastit

Pour stimuler la mémoire des résidents, il y a aussi un jardin sensoriel de 200 mètres carré. « Pour leur permettre de retrouver un certain nombre de senteurs qu'ils ont pu connaître par le passé, on fait pousser des plantes aromatiques, explique le directeur. On essaie aussi de développer des plantes qui ont un son particulier qui remémore un certain nombre de choses. Et puis ça permet aussi de les apaiser, de les rendre le plus sereins possible. »

"Les odeurs et les sons peuvent réveiller des souvenirs" Martial Paquet

L'accueil dans l'espace Aloïs ne coûte pas plus cher que pour les 70 autres résidents de la maison de retraite Le Clos des Vignes. Il faut compter 2 000 à 2 500 euros par mois selon les ressources. L'entreprise Korian gère trois autres maisons de retraite en Côte-d'Or, chacune avec une unité spécialisée. En tout, elles peuvent accueillir plus de 50 personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer. Il y en aurait près de 30 000 en Bourgogne.