Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Bègles : des enseignants alertent sur les expulsions de familles de migrants

lundi 15 avril 2019 à 20:02 Par Louise Buyens, France Bleu Gironde

Des enseignants de l'école primaire Ferdinand Buisson, à Bègles, ont lancé un appel, dans une lettre ouverte, pour dénoncer les expulsions de familles de migrants depuis le 1er avril et la fin de la trêve hivernale.

La famille vit illégalement dans un appartement depuis cinq ans.
La famille vit illégalement dans un appartement depuis cinq ans. © Maxppp - Guillaume Bonnefont

Bègles, France

Plusieurs familles de migrants, dont les enfants sont scolarisés dans des écoles primaire et maternelle de Bègles, auraient été expulsées de leur logement depuis la fin de la trêve hivernale, le 1er avril. Des enseignants de l'école élémentaire Ferdinand de Buisson, à Bègles, ont écrit une lettre dans laquelle ils dénoncent ces expulsions.

"Ce sont nos élèves. Nous les côtoyons tous les jours  dans nos classes. Nous les voyons tristes, malades, parfois même ils ont faim. Nous voyons leurs parents inquiets. La trêve hivernale étant finie depuis le 1er avril, de nombreuses familles de l'école sont concernées par des expulsions à venir, certaines sont déjà à la rue", explique la lettre. 

Certains enseignants ont aidé des familles. C'est le cas d'une employée dans une école maternelle de Bègles, qui souhaite garder l'anonymat. Elle est devenue "marraine" d'une famille de migrants albanais. "J'ai appris à les connaître et je me suis dit qu'un parrainage républicain serait intéressant". Cela veut dire que la famille détient une sorte de passeport dans lequel figure les noms des parrains et marraines. "On peut m'appeler à n'importe quelle heure pour me demander si je connais cette famille, dans quelle situation elle est", détaille-t-elle. 

Des enseignants en colère

Les employés des écoles de la commune tentent de trouver des solutions pour éviter la rue à ces familles. "Parfois nous parcourons Bègles ou les alentours à la recherche d'un squat. Nous faisons des collectes pour quelques nuits d'hôtel. Nous les hébergeons chez nous, avec nos propres familles, dans notre foyer. Nous sommes en 2019, en France, nous sommes enseignants de l'Education nationale. Et nous sommes en colère", indique la lettre des enseignants de l'école élémentaire Ferdinand Buisson. 

A Bègles, de nombreuses familles sont dans ce cas. La commune regroupe à elle seule 30 % des demandeurs d'asile de Gironde.

Reportage : une famille albanaise vivant à Bègles, est menacée d'expulsion.