Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Bergerac : le maire s'inquiète d'une possible suppression d'un juge d'instruction au tribunal

-
Par , France Bleu Périgord

Le maire de Bergerac Daniel Garrigue s'inquiète de la possible suppression du poste de juge d'instruction au tribunal de Bergerac. Et cela après la révélation par le Canard Enchaîné d'une note confidentielle du ministère de la justice qui évoque 72 suppressions de poste dans les "petits" tribunaux

Le tribunal de grande instance (TGI) de Bergerac
Le tribunal de grande instance (TGI) de Bergerac © Radio France - Morgane Schertzinger

Bergerac, France

La grosse colère du maire de Bergerac. Et cela après un article du Canard Enchaîné dans l'édition parue mercredi dernier.

Article qui révèle que 72 "petits" tribunaux de France pourraient perdre leur poste de juge d'instruction... en fonction des résultats aux municipales de mars prochain !

Autrement dit, les villes qui ne voteraient pas pour la majorité En Marche perdraient leur poste. Une note assumée par la ministre de la justice Nicole Belloubet.

En Nouvelle Aquitaine, cela concernerait Brive, Tulle... et Bergerac ! Le maire de Bergerac promet de ne pas en rester là.

Il se dit même profondément choqué. Le maire gaulliste social de Bergerac Daniel Garrigue explique être tombé des nues mercredi en lisant l'article du Canard Enchaîné et en découvrant que sa ville pourrait perdre son juge d'instruction. Si et seulement si la population ne votait pas pour le candidat soutenu par la majorité.

Michel Delpon a pris rendez-vous avec le président du tribunal

Incroyable estime Daniel Garrigue qui promet de se battre. Depuis des mois déjà, la loi de programmation judiciaire prévoit une spécialisation des tribunaux. Avec des regroupements de moyens dans des pôles de l'instruction notamment à Périgueux. 

Mais à Bergerac, le maintien de la juge d'instruction (installée depuis le début du mois de septembre) est importante. C'est aussi ce qu'estiment le président du tribunal Gilles Fonrouge et la procureure Odile de Fritsch qui ont écrit à la Chancellerie début septembre pour argumenter et demander son maintien sur place. Car cette juge gère aujourd'hui près d'une soixantaine de dossiers.

Or le seuil de 50 dossiers avait été défini au départ par le gouvernement pour décider ou pas du maintien des juges d'instructions. Tous ces critères objectifs semblent sauter d'un coup pour des raisons politiques déplore le maire Daniel Garrigue.

Le député La République en Marche du bergeracois Michel Delpon dit de son côté vouloir maintenir le poste de juge d'instruction à Bergerac et doit d'ailleurs rencontrer cette semaine le président du tribunal de Bergerac.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu