Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Bergerac : "Nous ne nous arrêterons pas", disent les gilets jaunes

-
Par , France Bleu Périgord

Une semaine après les élections européennes, les gilets jaunes étaient comme chaque week-end mobilisés ce samedi après-midi, à Bergerac. Ils étaient une centaine de manifestants devant le tribunal. Ils espèrent remobiliser les troupes pour relancer la mobilisation.

Ils étaient une centaine devant le tribunal de Bergerac
Ils étaient une centaine devant le tribunal de Bergerac © Radio France - Simon Soubieux

Bergerac, France

Le grand débat est passé, tout comme les élections européennes, mais les plus investis dans la mobilisation des gilets jaunes continuent de se mobiliser chaque week-end. À Bergerac devant le tribunal, ils étaient une centaine ce samedi après-midi. 

Les gilets jaunes présents l'affirment : "Nous ne lâcherons rien tant que le président ne nous écoute pas." Ils demandent toujours notamment une hausse du Smic et l'instauration d'un référendum d'initiative citoyenne. Si tous les gilets jaunes interrogés sont allés voter aux Européennes, ils considèrent que la meilleure manière de se faire entendre reste la rue. 

"C'est difficile de se mobiliser chaque week-end. Mais si on s'arrête, c'est un aveu de défaite !" Francine 

Ils le concèdent également : "La motivation peut parfois manquer pour se mobiliser chaque samedi, alors qu'il fait beau et qu'on pourrait faire bien d'autres choses plus intéressantes de notre week-end ! Mais si on s'arrête maintenant, c'est un aveu de défaite !", explique Francine, une gilet jaune de la première heure. 

"Je pense qu'on va réussir à relancer une grande mobilisation", Michel 

"Aujourd'hui, seul le socle le plus solide de gilets jaunes se mobilise le week-end. C'est dommage. Je suis certain que nous allons réussir à remobiliser les troupes, faire ressortir les gens dans la rue !", annonce quant à lui Michel. 

Choix de la station

France Bleu