Société

Bernard Cazeneuve présente un plan de réforme de l'islam

France Bleu mercredi 25 février 2015 à 15:43 Mis à jour le mercredi 25 février 2015 à 15:47

Bernard Cazeneuve à la sortie du conseil des ministres, ce mercredi
Bernard Cazeneuve à la sortie du conseil des ministres, ce mercredi © MaxPPP

Le ministre de l'Intérieur a présenté ce mercredi une série de mesures destinées à favoriser le dialogue avec l'islam et ses représentants, et assurer la sécurité des musulmans. Le plan prévoit la mise en place d'une "instance de dialogue", qui se réunira deux fois par an autour du Premier ministre.

"Il ne s'agit pas d'une reprise en main, l'Etat est seulement à l'initiative ", précise l'entourage du ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. Le gouvernement a annoncé ce mercredi, à l'issue du Conseil des ministres, une série de réformes visant à réorganiser l'islam de France , un mois et demi après les attentats de Paris. 

Pas de remise en question de la loi de 1905

La réforme, en préparation déjà avant les événements de début janvier, ont été accélérés par les attentats et le risque de stigmatisation qui s'ensuivit : selon le ministère, en janvier, 176 agressions islamophobes ont été recensées . C'est plus que sur toute l'année 2014. "Il est crucial que la République protège tous ses enfants ", a affirmé Bernard Cazeneuve. Pas question toutefois de toucher à la loi de 1905 : "l'Etat n'a pas vocation à organiser le culte de l'intérieur ni de déteminer qui sont les gentils musulmans ", selon une source proche du dossier. 

Le Conseil français du culte musulman (CFCM), l'instance qui représente les musulmans de France, sera notamment au coeur de ce plan. L'exécutif entend lancer une consultation pour refonder le CFCM, en proposant d'ouvrir l'organisation à des personnalités ou à des mosquées autonomes . Créé en 2003, il réunit plusieurs fédérations et nationalités mais est souvent bousculé par des différends internes. 

Les mesures prévues par le plan de réforme de l'islam :

La création d'une "instance de dialogue" : c'est la principale mesure annoncée. Cette instance ne remplacera pas le CFCM mais en sera complémentaire : elle réunira notamment des intellectuels, des acteurs de terrains et des associations représentatifs des musulmans Français. L'instance, qui se réunira deux fois par an autour du Premier ministre, sera mise en place d'ici au 17 juin, pour le début du ramadan : d'ici là le gouvernement doit identifier les personnes qui en feront partie. Une formation civique des imams et des aumôniers musulmans. Elle passera en particulier par des Diplômes universitaires (DU) de formation civique et civile, donc sans contenu religieux. Selon le ministre de l'Intérieur, les aumôniers "ne seront recrutés désormais que s'ils ont obtenu ce diplôme de formation aux principes fondamentaux de la République ". En effet, "cerains imams ont une maîtrise insuffisante de la langue et des lois " affirme le ministère, et cette proposition vise à "favoriser l'émergence d'une génération d'imams pleinement insérés dans la République ".  La création d'une fondation pour "promouvoir les réalisations de l'islam de France", en collaboration avec l'Institut du monde arabe. Son objectif : contribuer à la recherche, à la formation et à la diffusion de la culture, avec un système autofinancé.Un programme de recherche , qui passera par des bourses attribuées aux doctorants qui travaillent sur l'islam de France et le monde musulman. Plus d'écoles privées sous contrat : tous les établissements scolaires confessionnels vont être incités à devenir des établissement sous contrat avec l'Education nationale. Un meilleur contrôle des établissements hors contrat : les préfets et recteurs vont être invités, via des instructions ministérielles, à faire "pleinement usage" de leur pouvoir de contrôle sur tous les établissements, et en particulier les établissements hors contrat.Des fonds débloqués pour la mise en place d'équipements de sécurité autour des lieux de culte, et en particulier de la vidéo-surveillance. 

Les musulmans en France - Aucun(e)
Les musulmans en France