Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"J'attends du gouvernement plus de vérité et moins de messages contradictoires" dit Bernard Jomier

-
Par , France Bleu Paris

Bernard Jomier sénateur EELV de Paris et médecin généraliste reproche au gouvernement un manque de franchise et de clarté. Il demande à ce que le sujet du déconfinement ne soit pas tabou.

Bernard jomier
Bernard jomier © Maxppp - Vincent Isore

Depuis le début de la crise sanitaire, Bernard Jomier, sénateur Europe Ecologie Les Verts de Paris, a troqué son costume de parlementaire pour enfiler sa blouse de médecin généraliste. Il prête main forte à l'hôpital de Melun en Seine-et-Marne.

Le prolongement de la période de confinement au-delà du 15 avril est une bonne décision selon lui, et doit être maintenu tant que les hôpitaux seront saturés : "Le confinement produit des effets positifs. On espère que l’épidémie commencera à refluer dans les jours à venir. Mais ça ne légitime pas une suspension du confinement. Au contraire. C’est la seule méthode efficace dont on dispose contre la propagation du virus" a t'il dit sur France Bleu Paris ce jeudi.

De la vérité ! Voilà ce que j'attends du gouvernement

Le sénateur EELV parisien reproche au gouvernement un discours qui manque de clarté et de vérité : "Les messages sont contradictoires, il y a non seulement des erreurs de communication mais aussi des erreurs dans l’appréhension de l’épidémie".  

L'ex adjoint d'Anne Hidalgo en charge de la santé regrette que le sujet du confinement soit tabou : "on doit en parler dès maintenant de la perspective du déconfinement". "Le gouvernement devrait évoquer les pistes envisagées" dit-il, "différenciées suivant les régions, selon les tranches d’âges, si des mesures doivent être prises pour placer en quarantaine les personnes contaminées."."On doit dire la vérité parce qu’en santé publique, on est efficace quand on dit la vérité".

il n’y a pas d’un côté des dirigeants qui savent et des citoyens qui doivent appliquer

Contrairement à ce qu'a affirmé le président de la République, une épidémie n'est n’est pas une guerre, selon Bernard Jomier, mais "un phénomène contre lequel on doit lutter tous ensemble. Nous sommes un peuple adulte, il n’y a pas d’un côté des dirigeants qui savent et des citoyens qui doivent appliquer. Il y a tout un peuple qui fait face à une épidémie et tenir ce langage de vérité est la garantie que chacun y adhère dans les meilleures conditions." "Une épidémie ne se gère pas par des mesures autoritaires" ajoute-t'il avant de préciser qu'il a trouvé le discours de la reine d’Angleterre plus égalitaire que celui du chef de l’Etat français. "Et ça c’est quand même assez surprenant !"

En situation de crise sanitaire, l'Etat doit assurer la cohérence territoriale

Le sénateur EELV alerte sur la fragmentation entre les territoires : "il ne faut pas qu'il y ait d’un côté les habitants des communes riches, qui auraient facilement accès à des tests et des masques, et de l’autre des communes pauvres où les habitants seraient démunis. Donc l’Etat doit assurer cette cohérence d’ensemble".  

L'erreur au départ est d'avoir cru le message de la Chine

Les infectiologues et épidémiologistes ont reconnu s'être trompés explique Bernard Jomier, "parce qu’ils ont été totalement intoxiqués par le mensonge de grande ampleur de la Chine : ce pays a dit que le virus était apparu fin décembre alors qu’il l'avait été en réalité en novembre, il a pourchassé les médecins qui ont lancé l'alerte, il a menti sur le nombre de cas et continue de dire qu'ils ont eu moins de 4.000 décès… Tout par de là !".

Le coronavirus, pas plus dangereux qu'une grippe : tel était le message véhiculé au départ rappelle l'élu médecin. "Et quand on vous parle d’une contagiosité qui est à peu près celle de la grippe où une personne contaminée en contamine une autre seulement, on ne peut que se tromper sur la projection. Et je n’en veux pas du tout aux infectiologues et épidémiologistes qui se sont basés sur ces données. On fera le bilan de tout cela après". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu