Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Société

Besançon : deux familles avec enfants vivent dans des bidonvilles

mardi 1 janvier 2019 à 17:25 Par Elie Abergel, France Bleu Besançon

Deux familles d'origine roumaines vivent à Besançon sur un terrain vague. Les 9 personnes habitent dans des bidonvilles faits de carton et de tôle.

Les cabanes très précaires abritent un poêle construit de bric et de broc.
Les cabanes très précaires abritent un poêle construit de bric et de broc. © Radio France - Elie Abergel

Besançon, France

Leurs vies se résument à deux cabanes de tôle et de carton posées à même le sol. Deux familles roumaines vivent dans des bidonvilles sur un terrain vague de Besançon. 9 personnes au total, dont une majorité d'enfants. 

La première famille s'entasse à 6 dans une pièce minuscule sans électricité ni eau courante. Chauffée par un poêle rudimentaire, qui peine à maintenir une température viable la nuit. La deuxième famille vit à trois dans une pièce qui doit mesurer moins de 10 mètres carrés, là encore avec un enfant.

L'unique pièce où vivent Calin, Anna-Maria et leur enfant.  - Radio France
L'unique pièce où vivent Calin, Anna-Maria et leur enfant. © Radio France - Elie Abergel

La vie dans 10 mètres carrés 

Calin 31 ans, et Anna-Maria 40 ans, tous deux d'origine roumaine, y vivent. Ils n'ont pas de travail, et doivent faire la manche pour subsister. 

"J'ai travaillé comme livreur pendant trois mois, mais maintenant je suis au chômage" avance Calin, qui exerçait le métier de livreur quand il était en Roumanie. Sa femme Anna-Maria elle a travaillé comme couturière, mais s'occupe de l'enfant du couple en France. Aujourd'hui Calin aimerait rentrer en Roumanie, mais ne peut pas encore rentrer, faute de moyens financiers. 

De son côté la préfecture du Doubs indique que ces personnes sont des ressortissants de l'Union européenne et n'ont pas le statut de réfugiés.