Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Biarritz : 12 millions pour le centre de formation du BO et quel montage financier ?

-
Par , , France Bleu Pays Basque

Lors du conseil municipal de mercredi soir, le dernier du mandat à Biarritz, plusieurs résolutions concernant l’aménagement du plateau d’Aguiléra seront soumises au vote des élus de la ville.

La municipalité de Biarritz propose de prendre en charge la maîtrise d'oeuvre du centre de formation du BO (sur le Bendern)
La municipalité de Biarritz propose de prendre en charge la maîtrise d'oeuvre du centre de formation du BO (sur le Bendern) - Capture d'écran / Google Street View

Trois semaines après la commission générale, le dossier Aguiléra revient sur le haut de la pile du conseil municipal de Biarritz. Le dernier du mandat avant les élections des 15 et 22 mars. Plusieurs délibérations sur l’avenir du plateau sont à l’ordre du jour.

La première évoque la procédure. Le mois dernier, quatre hypothèses de montage avaient été présentées. La quatrième est présentée comme "innovante" et a "reçu l’assentiment du BOPB". Le montage prévoit la "mise en concurrence globale d’un bail emphytéotique administratif (BEA pour le stade et le centre de formation) et d’une cession de foncier (hôtel et logements), articulée avec une maîtrise d’ouvrage Ville (voirie et espaces publics)". Concrètement, un unique opérateur ou groupement d’opérateurs se chargerait de la réalisation de l’ensemble du projet. Les 370 logements, et l’hôtel, une fois la procédure de Mise en Compatibilité des Documents d’Urbanisme – MECDU – terminée, ainsi que les équipements sportifs sur le plateau d’Aguiléra. Les chantiers sur la voirie et les espaces publics seraient alors pilotés par la mairie.

Les élus devront donner une approbation "de principe" sur ce montage, pour permettre à la ville de poursuivre ses études, les procédures juridiques et les discussions avec le BO, qui de fait, deviendrait à l’issue des travaux "club résident". Autrement dit, la SASP Biarritz Olympique bénéficierait occuperait les locaux moyennant un loyer et pourrait profiter de certains espaces (dans les travées, autour du stade notamment) pour les exploiter et ainsi apporter de nouvelles ressources au club.

Le centre de formation pour la Ville ?

Dans la synthèse, la municipalité de Biarritz évoque une "variante" de ce montage. Intégrer le centre d’entraînement et de formation du Biarritz Olympique dans la maîtrise d’ouvrage publique, ce qui permettrait de "lancer l’opération immédiatement, l’espace sur lequel serait construit le centre n’étant pas inclus dans le BEA et pouvant de ce fait relever d’une maîtrise d’ouvrage de la Ville". L’idée : lancer les appels à projets le plus rapidement possible, pour que les travaux débutent dans les prochains mois.

Ce qui amène une autre délibération, la deuxième, à savoir la réalisation de ce centre de formation – s’adressant au joueur au-delà du seul aspect sportif – dont l’enveloppe affectée aux travaux est estimé à 12 millions d’euros hors taxes, hors matériel sportif et mobilier, éligible aux co-financement des différentes collectivités territoriales. Les travaux comprendraient :

  • une tribune de 500 places au terrain du Bendern ;
  • des vestiaires pour les joueurs et arbitres ;
  • un centre de formation du rugby professionnel ;
  • un centre d’entrainement du BOPB, en prévision de la refonte des locaux du stade et notamment de la tribune Blanco, avec terrain de sport intérieur couvert. 

Une fois le vote passé, la municipalité lancera un concours de maîtrise d’œuvre. Les candidatures seraient alors examinées après les élections municipales par un jury.

Quid du bail emphytéotique ?

Actuellement, le BO est lié avec le Ville par un bail emphytéotique administratif signé le 16 septembre 2003 et pour une durée 30 ans. BEA qui englobent "les deux tribunes du terrain Léon Larribau, le terrain d’honneur ainsi que la villa Rose" – dont la transformation en centre de formation était alors envisagée. 

Le montage avancé par la municipalité de Biarritz prévoit de résilier le bail signé en 2003, afin de prendre en compte le nouveau montage juridique sur le plateau d’Aguiléra. Cela voudrait donc dire que la Ville devrait s’acquitter d’une somme pour casser ce contrat alors qu’il reste encore dix années, à moins qu’un accord soit trouvé entre les deux entités. La somme pourrait s’évaluer à plusieurs millions d’euros. 

Par ailleurs, la villa Rose, actuellement dans le bail emphytéotique signé avec le BOPB, serait retirée du BEA. Durant le conseil municipal du mercredi 12 février, il sera proposé aux élus de "la retirer du bail afin de permettre à la Ville de Biarritz engage des travaux urgents de clos et de couvert nécessaires à sa sauvegarde". Des travaux qui pourraient dépasser le million d’euros pour la collectivité.

Pétition contre ces délibérations

Le timing, quant à cette décision attendue par la direction biarrote et les supporteurs qui appellent à manifester à partir de 17h30 devant la mairie inquiète certains élus et candidats. À cinq semaines des élections municipales, engager douze millions d’euros (six mois de fiscalité à Biarritz) est "complètement irresponsable". D’autres expliquent qu’il est "inconcevable de prendre une décision alors que tous les tous les détails n’ont pas été dévoilés", que c’est "un sujet grave, quand on connaît les difficultés financières de la ville et les 60 millions sortis pour l’hôtel du Palais".

Une pétition a été lancée fin de semaine dernière par François Amigorena, élu d’opposition, pour que les délibérations à l’ordre du jour soient retirées du conseil municipal (472 signatures ce mercredi matin). "On va faire examiner au conseil municipal des délibérations avec les conséquences juridiques, urbanistiques les plus importantes pour les Biarrots depuis l’Hôtel du Palais. C’est juste impensable. On marche carrément sur la tête", explique l’élu. 

Pour la Ville "c’est une main tendue au Biarritz Olympique et à ses dirigeants". Une manière aussi de répondre à la pression mise sur la municipalité, en vue de l’assemblée générale exceptionnelle du 3 mars, où les actionnaires de la SASP Biarritz Olympique Pays Basque doivent décider de la dissolution ou non du club. "La Ville aura des moyens qui seront liés à la cession des terrains à bâtir", assure Michel Veunac qui explique que Biarritz a déjà investi 3,5 millions d’euros pour des rénovations sur le plateau Aguiléra. Il y a fort à parier que les discussions pourraient-être houleuses ce mercredi lors du conseil municipal.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu