Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Biarritz : les policiers municipaux réclament toujours des armes

mardi 26 juin 2018 à 18:10 Par Yves Tusseau et Paul Nicolaï, France Bleu Pays Basque

Les policiers municipaux de Biarritz persistent et signent. Face au refus de la mairie de les équiper en arme de poing, la brigade de nuit poursuit son mouvement de grève perlée. Le conflit dure depuis bientôt 4 mois et s'intensifie en ce début d'été.

Les policiers municipaux manifestent devant la mairie de Biarritz
Les policiers municipaux manifestent devant la mairie de Biarritz © Radio France - Oihana Larzabal

Biarritz, France

Les policiers municipaux de Biarritz sont toujours en guerre ouverte avec la mairie.  Au cœur du conflit l'utilisation d'armes de poing. Les 24 policiers municipaux estiment que cet équipement létal est devenu indispensable pour faire face à une délinquance croissante, la mairie s'y refuse

Dernière conséquence en date : la décision de la brigade de nuit de ne pas participer au dispositif de sécurisation des Casetas, l'un des rendez vous festifs de l'été sur la côte des basques. Près de 4 500 personnes sont attendues entre 19 heures et 1 heure du matin à partir de ce mardi et jusqu'à dimanche.

Mobilisation devant l’hôtel de ville 

A l'appel de la CFDT les policiers municipaux vont se rassembler ce jeudi en fin de journée devant la mairie où les élus doivent se réunir en conseil municipal.  Dans un communiqué distribué ce mardi aux Biarrots, le syndicat parle "du mépris insupportable affiché par le maire Michel Veunac" et dénonce "une volonté de manipuler l'opinion et de boycotter le dialogue social".