Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Biarritz : les élus débloquent 150 000 euros pour sauver le BO Omnisports

jeudi 11 avril 2019 à 5:44 Par Paul Nicolaï, France Bleu Pays Basque

Le conseil municipal de Biarritz a voté ce mardi soir une subvention exceptionnelle de 150 000 euros pour le Biarritz Olympique Omnisports. L'association amateur doit éponger un déficit de 400 000 euros.

Le maire centriste Michel Veunac à pu faire passer sa délibération
Le maire centriste Michel Veunac à pu faire passer sa délibération © Radio France - Paul NicolaÏ

Biarritz, France

C'était le vote à ne pas manquer au cours du conseil municipal ce mardi soir. Une décision aux conséquences lourdes : sauver ou non le Biarritz Olympique omnisports et, par ricochets, la licence de rugby professionnel. Si la section Omnisports disparaissait, l'équipe professionnelle de rugby plongeait elle aussi. Impensable en terre d'ovalie.

Selon les prévisions de la nouvelle direction du BO omnisports, l'association doit boucler la saison en juin avec un déficit abyssale. Il manque environ 400 000 euros au club pour rester en vie.  

Un contexte associatif difficile 

En préambule de ce vote décisif, l'ancien président de la section omnisports du BO, Jean-Philippe Tourgis, ainsi que l'actuel président, Jean-Louis Salha, ont été auditionnés par le maire et les conseillers municipaux. Au cours de ce conseil municipal, Michel Veunac, maire de Biarritz, a admis "des imprudences de gestion au BO omnisports". Pour autant, il est longuement revenu sur "les difficultés actuelles des associations en France". Selon lui, les dépenses augmentent de façon vertigineuse en raison d'une baisse du nombre de bénévoles et des structures de plus en plus complexes. Son adjoint, Peio Claverie, lui a emboîté le pas : "Aujourd'hui, les associations sont de véritables entreprises, les responsabilités sont immenses."

"Une faute grave !"

Un discours bienveillant qui n'était pas du goût de l'opposition. "Je parle de faute grave, a réagit Frédéric Domège. Quand on est à la tête d'une association, on ne dépense pas l'euro que l'on n'a pas." Dans le viseur des élus de l'opposition : l'ancien président Jean-Philippe Tourgis. L’élu Edouard Chazouilleres explique: "Les frais de personnes ont augmenté de 250 000 euros depuis quatre ans. La gestion à la Turgis, ce n'est plus possible." Il n'a pas hésité à ironiser sur le métier de Jean-Philippe Tourgis, à savoir expert comptable. L'adjointe au sport de la mairie de Biarritz,  Stephanie Ricord a conclu en saluant le nouveau président, arrivé en décembre dernier :"Jean-Louis Salha aurait pu continuer à masquer les déficits. Au contraire, il a eu le courage de reprendre les comptes en mains."

"Nous votons avec le pistolet sur la tempe"

A plusieurs reprises, les membres du conseil municipal ont rappelé le rôle du BO Omnisport. "Un véritable service public", reconnait Peio Claverie. "Il est vrai que l'on vote, un peu, avec le pistolet sur la tempe mais nous ne pouvons pas laisser le BO Omnisport se perdre à jamais. Il s'agit de sauvegarder notre patrimoine !" L'association est une pierre angulaire de la ville de Biarritz avec 2 600 licenciés et près de 12 sections sportives. La majorité des élus n'a pas voulu porter sur ses épaules la responsabilité d'une éventuelle disparition du club de sports.

Vers une séparation entre la section rugby et le BO omnisports

Résultat, 26 conseillers ont voté pour, trois contre et cinq se sont abstenus. Le BO Omnisports a promis de faire appel à des contrôleurs de gestion extérieur. Le Maire centriste Michel Veunac  propose que la section rugby pourrait se séparer du reste de l'association. Dans un futur proche, les subventions de la ville seront donc partagés entre l'association omnisports et la nouvelle entité rugby.

Le BO Omnisports respire. Pour autant, il n'est pas tiré d'affaire. Les actuels actionnaires du Biarritz Olympique doivent encore avancer 200 000 euros à l'association. Cette dernière doit de son côté trouver les 50 000 derniers euros.