Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Bientôt deux nouveaux aumôniers musulmans à la prison de Vivonne

-
Par , France Bleu Poitou

Dans la Vienne, les autorités examinent deux candidatures aux postes d'aumôniers musulmans à la prison de Vivonne. Ces deux personnes si elles reçoivent leurs agréments, pourraient venir en renfort du seul et unique aumônier musulman en place depuis 12 ans, et qui ne peut intervenir que le week-end.

La prison de Vivonne, au sud de Poitiers
La prison de Vivonne, au sud de Poitiers © Radio France - Radio France

Vivonne, France

Bientôt deux nouveaux aumôniers musulmans à la prison de Vivonne. Les autorités locales sont en train d'examiner les candidatures. S'ils reçoivent les agréments requis, ces deux candidats, -dont une femme-, viendraient renforcer la mission du seul et unique aumônier musulman de l'établissement poitevin. Ce dernier a été nommé en 2006. Ayant un travail à côté, il ne peut intervenir que le week-end à la prison, or, d'après la direction régionale de l'aumônerie musulmane de Bordeaux, il existe une véritable demande de la part des détenus

Réduire le risque de radicalisation

Mais il ne s'agit pas que de répondre à une demande: renforcer la présence d'aumôniers musulmans aguerris réduit le risque de radicalisation en prison. L'idée c'est d'éviter le plus possible de laisser le champ libre aux prêcheurs auto-proclamés, ces détenus dits radicalisés qui s'improvisent imams au cours de leur détention et qui entraînent avec eux les personnalités les plus fragiles.  Les aumôniers musulmans, eux, doivent avoir un diplôme universitaire et passent toute une série de tests avant de pouvoir intervenir en prison.

"On vérifie qu'ils ont le bagage religieux nécessaire pour accompagner les détenus dans leur spiritualité, y compris les plus radicalisés. Et là, il faut de l'expérience", explique Samia Benachouba, la secrétaire générale de l'aumônerie nationale des prisons.

Outre l'accord de la direction régionale de l'aumônerie musulmane, la candidature doit aussi être approuvée par la Préfecture, après enquête des renseignements généraux. Si les 2 avis sont favorables, l'administration pénitentiaire peut décider de donner l'agrément ou pas. Dans la Vienne, deux candidatures sont à l'étude, dont celle d'une femme. 

Un tiers des personnes radicalisées se trouvent en prison 

Dans ce département, sur la cinquantaine de personnes fichés S et soupçonnées de radicalisation, un tiers se trouve à la prison de Vivonne, d'après la préfecture.  Au total, dans la grande circonscription de Bordeaux, on compte 22 aumôniers pour 26 prisons, dont des équipes mobiles pour les petits établissements. Des aumôniers qui ne sont "pas là pour "déradicaliser" les détenus, ni pour les juger mais pour renouer un lien, ré-humaniser les rapports et accompagner les détenus dans leur spiritualité", précise Samia Benachouba, la secrétaire générale de l'aumônerie nationale des prisons.

En France, la loi impose à l'Etat de donner les moyens à chaque détenu de suivre son culte. Il existe donc des aumôniers de différentes confessions qui interviennent dans les prisons. Ces derniers n'interviennent que sur demande des détenus. "Les aumôniers ne sollicitent personne, mais interviennent sur requête des détenus, pour éviter tout soupçon de prosélytisme", rappelle Samia Benachouba. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu