Société

Bilan mitigé pour la loi handicap dix ans après à Bordeaux

Par Clément Carpentier, France Bleu Gironde mercredi 11 février 2015 à 0:18 Mis à jour le mercredi 11 février 2015 à 7:10

L'accessibilité est toujours un vrai problème pour les personnes handicapées
L'accessibilité est toujours un vrai problème pour les personnes handicapées © paul_brighton - Fotolia.com

La loi handicap célèbre ses dix ans ce mercredi. Si les personnes à mobilité réduite notent de vrais progrès sur leur prise en charge, l'accessibilité reste un enjeu majeur pour ces prochaines années.

On fête aujourd'hui les dix ans de la loi handicap. Le 11 février 2005, les parlementaires français adoptaient la loi pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapés.

Trois piliers en 2005

À l'époque la loi reposait sur trois piliers : la prise en charge des personnes, la création de maisons consacrées à des personnes handicapées et l'accessibilité. Alors la grande question, c'est de savoir où en sommes nous dix ans après ? L'association des paralysés de France en Gironde dresse un bilan très mitigé.

Bilan contrasté

Il y a beaucoup de satisfaction sur la prise en charges des personnes handicapés. En revanche, sur l'accessibilité le chantier reste immense et surtout sur le logement pour l'APF c'est catastrophique. L'APF dénonce aussi le report d'une partie de la loi de 2005 puisque tous les lieux publics devaient être accessible aux personnes handicapées au 1er janvier 2015 sous peine d'amende. Finalement un décret de septembre 2014 repousse cette date butoir de la loi handicap de 3 à 9 ans selon les travaux d'accessibilité.

L'APF appelle à un rassemblement place Pey Berland à Bordeaux de 14 h à 17 h pour dénoncer le manque de volonté politique d'appliquer la loi Handicap de 2005.

Les 10 ans de la loi Handicap : les chiffres du handicap en France - Aucun(e)
Les 10 ans de la loi Handicap : les chiffres du handicap en France

 

A LIRE AUSSI

Dix ans après la loi handicap, le quotidien ne s'est pas amélioré selon près de la moitié des personnes handicapées