Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Premier bilan après l'opération de recensement des sans-abri à Montpellier

-
Par , France Bleu Hérault

Entre 220 et 250 personnes sans-abri ont été recensées lors de la première Nuit de la solidarité, du 13 au 14 mai. Un chiffre qui n'est pas représentatif puisque les bénévoles n'ont pu couvrir qu'une partie du centre-ville de Montpellier.

Entre 220 et 250 personnes sans domicile fixe ont été recensées dans le centre-ville de Montpellier
Entre 220 et 250 personnes sans domicile fixe ont été recensées dans le centre-ville de Montpellier © Maxppp - Tim Somerset

Montpellier, France

Les bénévoles ont recensé entre 220 et 250 sans-abri dans les rues de Montpellier dans la nuit du lundi 13 au mardi 14 mai. C'est un bilan provisoire de la première Nuit de la solidarité, organisée par Sylvain Bertschy, enseignant-chercheur en sciences sociales au CNRS, puisque le comptage n'est pas terminé.

Un chiffre à prendre avec des pincettes : il n'est pas représentatif du nombre total de personnes à la rue à Montpellier, car les bénévoles n'étaient qu'une centaine et n'ont pu couvrir qu'une partie du centre-ville. De 20h à 0h30, ils ont sillonné les rues des quartiers Port Marianne, Rives du Lez, Gambetta, Figuerolles, Assas, Boutonnet, Nazareth ou encore les Aubes et les Beaux-Arts. "_Il aurait fallu que l'on soit 4 à 5 fois plus_, pour couvrir une zone plus large", estime Sylvain Bertschy.

Une dizaine de mises en lien avec le Samu

Equipés de "kits d'enquête", les participants ont essayé d'en savoir plus sur les sans-abri qu'ils croisaient. Ils se sont surtout assurés qu'ils n'étaient pas en situation de danger. Les bénévoles ont reçu une dizaine de demandes de mise en lien avec le Samu social, pour des couvertures ou de l'aide alimentaire notamment. Ils ont également reçu un appel concernant un mineur dans la rue, et trois appels pour des soins immédiats. Dans des cas comme ceux-là, ils avaient pour consigne de contacter le Samu et les pompiers.

Pour Sylvain Bertschy, la "marge de progression est importante", cette année était "une année test".

Une opération test pour préparer la suivante

Si les questionnaires adressés aux sans-abri n'ont pas besoin d'être modifiés, c'est surtout sur la logistique que Sylvain Bertschy veut progresser. "_Il faudra travailler plus longtemps en amont_, pour espérer une plus forte mobilisation", explique-t-il. "On a préféré commencer petit, pour mieux se dimensionner l'année prochaine".

Si le bilan est provisoire, c'est aussi parce que le comptage n'est pas terminé dans les squats. Effectué par des équipes de professionnels, il doit s'achever ce mercredi soir.