Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Amiens : semaine gruyère et casse-tête pour les lycéens pensionnaires

dimanche 6 mai 2018 à 6:09 Par Camille Revel et Elodie Touchais, France Bleu Picardie

Les vacances scolaires sont finies en Picardie pour les élèves scolarisés dans le public. Mais avec les ponts, une semaine à temps partiel se profile, et la grève SNCF complique encore un peu la vie des élèves pensionnaires à Amiens.

Une semaine gruyère et casse-tête pour les élèves pensionnaires à Amiens (photo d'illustration)
Une semaine gruyère et casse-tête pour les élèves pensionnaires à Amiens (photo d'illustration) © Maxppp - Lionel Vadam

Amiens, France

Le mardi 8 mai suivi du jeudi de l'Ascension : en ce lundi de rentrée scolaire pour les écoliers, les collégiens, et les lycéens picards, c'est une semaine gruyère qui s'annonce. S'y ajoutent deux nouvelles journées de grève fractionnée à la SNCF. Conséquence : des complications pour la vie des élèves pensionnaires à Amiens. Pour ceux qui sont en internat à la cité scolaire, au lycée Thuillier, Édouard-Gand ou Édouard-Branly, on peut parler de casse-tête : les cours sont maintenus, mais l'internat fermé

Il faut se lever vers 5h30 du matin !" - Ethan, élève au lycée Thuillier

Parmi ces élèves : Ethan, scolarisé au lycée Thuillier. Faute de pouvoir être hébergé chez des amis, il va multiplier les trajets en car .. Cet élève de seconde habite Flixecourt, commune située à 45 minutes de route de son établissement. Mais le jeune homme n'a pas le choix, c'est la seule solution pour suivre les cours maintenus : "Il faut se lever tôt, vers 5h30 du matin, et il faut rentrer le soir ! Je vais devoir prendre le bus lundi matin, mercredi matin et vendredi matin." 

Au lycée professionnel de l'Acheuléen, c'est encore les vacances. Avec cette semaine à trou, la direction a préféré fermer, et c'est tant mieux pour Muriel Dumesnil, dont le fils prépare un CAP menuiserie, et pour qui la semaine s'annonçait compliquée :  "Les jours où je suis bloquée, où il n'y a aucun moyen de l'amener, il ne va pas en cours ! On gère comme on peut. Le chef d'établissement a proposé de rattraper des cours, et fermer l'établissement, il y avait trop d'absentéisme annoncé. Nous, parents, ça nous arrangeait vraiment."

Il est totalement incompréhensible que ces aménagements soient refusés au scolaire public !" - Thierry Dumortier, président de la PEEP dans l'Amiénois 

Semaine gruyère et casse-tête pour les élèves pensionnaires à Amiens - le reportage d'Elodie Touchais

Pour la PEEP, le rectorat d'Amiens aurait dû décaler les dates des vacances scolaires

La PEEP, la fédération des parents d'élèves, dit regretter que le rectorat d'Amiens n'ait pas décalé les dates des vacances scolaires - ce qu'ont pu faire les établissements privés de la Somme. Pour Thierry Dumortier, président de la PEEP dans l'Amiénois, "c'est juste catastrophique pour lycéens. Avec ces ponts qui se succèdent, les enfants sont obligés de rentrer chez eux, certains sont domiciliés à plus de 200 kilomètres ! On déplore la fermeture des internats, ou en tout cas le fait de ne pas avoir voulu réaménager les dates de vacances scolaires - ce qui a été permis pour le scolaire privés. _Pour moi, il est totalement incompréhensible que ces aménagements soient refusés au scolaire public ! C'est pour moi une façon de mettre en avant le scolaire privé au détriment du scolaire public._"

"Il est incompréhensible que ces aménagements soient refusés au scolaire public !" - Thierry Dumortier, président de la PEEP dans l'Amiénois