Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Black Lives Matter : près de 2.000 personnes défilent contre les violences policières racistes au Mans

-
Par , France Bleu Maine
Le Mans, France

Environ 2.000 personnes ont manifesté contre les violences policières et le racisme, ce samedi 6 juin, au Mans. Un mot d'ordre partagé avec le monde entier : "Black Lives Matter" ("la vie des noirs compte"). La manifestation s'est déroulée dans le calme même si la préfecture l'avait interdite.

Devant la préfecture, les manifestants ont observé une minute de silence pour les victimes de violences policières, ce samedi 6 juin 2020.
Devant la préfecture, les manifestants ont observé une minute de silence pour les victimes de violences policières, ce samedi 6 juin 2020. © Radio France - Clémentine Sabrié

"Black Lives Matter", "I can't breathe" ou encore "Est-ce un crime d'être noir ?" Voilà ce que l'on pouvait lire sur les pancartes des 2.000 manifestants qui ont défilé dans le centre-ville du Mans, ce samedi 6 juin. Les deux premiers slogans, que l'on peut traduire respectivement par "la vie des noirs compte" et "je n'arrive plus respirer", sont des références directes au mouvement américain contre les violences policières systémiques envers les citoyens noirs. "I can't breathe" sont les derniers mots prononcés par George Floyd, un afro-américain tué par des policiers lors de son interpellation à Minneapolis, dans le Minnesota, le lundi 25 mai.

Une manifestation autonome, une tribune pour tous

La manifestation a débuté par un rassemblement sur la place des Jacobins, devant le cinéma Pathé. Plusieurs personnes ont pris la parole à tour de rôle pour dénoncer le racisme et les violences policières. Le micro était ouvert à tous et plusieurs personnes se sont exprimées spontanément. "Tant que l'homme et la femme noirs continueront de mourir sous les coups du racisme, nous descendrons dans les rues pour crier que la vie des noirs compte", explique Seloua, une jeune Mancelle.

Les manifestants ont ensuite tous posé un genou à terre, le poing levé. Un symbole encore une fois emprunté aux luttes contre le racisme aux Etats-Unis. "Pas de justice, pas de paix", a scandé la foule à de nombreuses reprises. 

Les centaines de manifestants ont posé un genou à terre, le poing levé.
Les centaines de manifestants ont posé un genou à terre, le poing levé. © Radio France - Clémentine Sabrié

Ce qui ne devait être qu'un rassemblement s'est ensuite transformé en cortège jusqu'à la préfecture. Le préfet de la Sarthe avait déposé un arrêté pour interdire la manifestation "Black Lives Matter" en raison de la crise sanitaire et du risque de contagion au Covid-19. Ce sont cinq jeunes Manceaux qui ont appelé à manifester sur les réseaux sociaux. Une fois l'appel passé, ils ont reçu l'aide d'associations pour encadrer le mouvement.

Une jeune Mancelle prend la parole devant la foule pour dénoncer les discriminations qu'elle subit en tant que femme noire et musulmane.
Une jeune Mancelle prend la parole devant la foule pour dénoncer les discriminations qu'elle subit en tant que femme noire et musulmane. © Radio France - Clémentine Sabrié

Après quelques prises de parole devant la préfecture, une partie de la foule s'est dispersée. Un cortège réduit s'est rendu jusqu'à l'hôtel de police, boulevard Paixhans, pour y déposer des pancartes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu