Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Blaye : nouvelle manifestation en soutien à Silima, menacé d'expulsion

-
Par , France Bleu Gironde

Silima Diagouraga est arrivé du Mali en 2017. Titulaire d'un CDI, il est pourtant menacé d'expulsion par la préfecture de Gironde depuis novembre dernier pour avoir menti sur son âge à son entrée. Ses proches et des élus demandent à l'État de revoir sa position. Pour Silima, sa "vie est ici".

Une cinquantaine de personnes mobilisée ce samedi, dont des élus, pour soutenir Silima.
Une cinquantaine de personnes mobilisée ce samedi, dont des élus, pour soutenir Silima. © Radio France -

La mobilisation pour Silima se poursuit en Haute-Gironde. Ce samedi, une cinquantaine de personnes dont des élus ont manifesté à Blaye pour demander la régularisation de ce Malien âgé de 30 ans et arrivé en France il y a trois ans et demi.

Le jeune homme a passé un CAP et travaillait jusqu'ici comme boulanger au centre Leclerc de la commune. Mais il est menacé d'expulsion car il a menti sur son âge lorsqu'il est entré sur le territoire français. Une pétition lancée pour demander sa régularisation rassemble à ce jour plus de 35.000 signatures. Le comité de soutien créé pour Silima devrait rencontrer la préfète vendredi 12 mars. 

"Une intégration exemplaire"

"Ma vie elle est ici. Le travail, les amis... tout ça est important pour moi". Sililma Diagouraga garde le sourire mais il ne cache pas son inquiétude. Quitter tout ce qu'il a construit à Blaye n'est pas envisageable pour le jeune homme : "Je ne le vis pas bien, ça me stresse... Mais je crois que c'est encore possible de rester grâce à toutes ces personnes qui me soutiennent". 

Depuis son arrivée en 2017, il a parcouru un long chemin, motivé par un objectif : s'intégrer et vivre décemment en France. Il a appris la langue, suivi une formation pour devenir boulanger et obtenu un CDI. "Une intégration exemplaire", résument Ketty et Pierre Bayle, qui l'hébergent depuis plus de deux ans. 

Un migrant c'est d'abord un homme ou une femme. Ce n'est pas un dossier, pas un numéro.

Le couple de retraités décrit une personne attachante, solidaire et motivée. "Il travaille même parfois au Secours Populaire, ajoute Christian Cursol, membre du comité de soutien. La France lui apporte l'hospitalité mais Silima lui apporte désormais son savoir-faire, sa gentillesse et sa solidarité". Les arguments avancés sont nombreux mais Ketty Bayle insiste sur un point : "Un migrant c'est d'abord un homme ou une femme. Ce n'est pas un dossier, pas un numéro".

Silima, 30 ans, espère pouvoir poursuivre sa vie en France. Lui et ses soutiens ont marché jusqu'à la préfecture de Blaye ce samedi.
Silima, 30 ans, espère pouvoir poursuivre sa vie en France. Lui et ses soutiens ont marché jusqu'à la préfecture de Blaye ce samedi. © Radio France -

Mais en affirmant qu'il était mineur Silima a pu bénéficier d'aides auxquelles il n'était pas censé avoir droit. Lui, explique avoir suivi les conseils de passeurs. Ketty Bayle assure qu'il n'avait pas conscience à ce moment-là du droit français et des conséquences que cela entraînerait.

Le boulanger bénéficie d'une forte mobilisation locale. En janvier, 107 élus ont signé une tribune appelant à régulariser sa situation. Ses soutiens espèrent que ces arguments pourront convaincre la préfecture de revenir sur sa décision. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess