Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
Dossier : Mouvement des gilets jaunes

Blessée sur les Champs Elysées, une gilet jaune du Loiret lance un appel aux dons pour ses frais médicaux

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Orléans, France Bleu

Elle se considère comme une " mutilée de guerre". Marie-Laure Buselli a été gravement blessée à un œil, samedi 16 mars, lors des violences sur les Champs Elysées. Seulement, cette militante gilet jaune du Pithiverais n'a pas les moyens de se soigner. Elle vient de lancer une cagnotte en ligne.

Marie-Laure Buselli dans son jardin à Rouvres Saint Jean
Marie-Laure Buselli dans son jardin à Rouvres Saint Jean © Radio France - Patricia Pourrez

Loiret, France

Elle se souvient de tout dans les moindres détails. Marie-Laure Buselli, 48 ans, n'est de toute pas façon pas prête d'oublier cette manifestation des gilets jaunes, samedi 16 mars, sur les Champs Elysées. " Ce n'était pas la première fois que je montais à Paris" explique cette mère de famille, habitante de Rouvres Saint Jean, près de Pithiviers, "on a manifesté tranquillement le matin et l'après midi, on s'est retrouvé pris en étau près de l'Arc de Triomphe. A un moment, j'ai crié " GRENADE, GRENADE" et là, j'ai ressenti une douleur à l’œil indescriptible.

Opérée en urgence à l'hôpital Cochin à Paris, Marie-Laure n'a pas perdu son œil. Mais, elle a une grave blessure sur l'arcade sourcilière due à un éclat de grenade. Elle risque encore un décollement de la rétine : " Je vais devoir retourner consulter un professeur sur Paris. En attendant, je dois nettoyer ma plaie tous les jours et je fais ça toute seule chez moi"

Marie Laure, samedi 15 mars, juste après son opération  - Aucun(e)
Marie Laure, samedi 15 mars, juste après son opération - Marie Laure Buselli

Je n'ai pas les moyens d'avoir une mutuelle... Ce n'est pas pour rien que je suis gilet jaune" 

Entre le scanner, l'opération et les consultations à venir, Marie-Laure a peur que cette blessure lui coûte cher, d'autant qu'elle n'a pas de mutuelle santé. " Je suis fonctionnaire, je travaille dans une maison de retraite à Beaune-la-Rolande, mais justement, mon niveau de vie ne me permet pas d'avoir une mutuelle". Du coup, Marie-Laure a lancé une cagnotte en ligne pour payer ses frais médicaux. "Là, c'est vraiment la solidarité qui fonctionne. J'ai vu des retraités, des précaires me donner 2 ou 3 euros. C'est extrêmement touchant et je les en remercie." 

En quelques jours seulement, la cagnotte a déjà recueilli un peu plus de 1.000 euros. Elle envisage également de prendre un avocat pour faire reconnaître son statut de "victime".

Déjà prête à recommencer ?

Décoration sur la maison de Marie Laure à Rouvres Saint Jean  - Radio France
Décoration sur la maison de Marie Laure à Rouvres Saint Jean © Radio France - Patricia Pourrez

Marie-Laure, qui travaille comme animatrice socio-culturelle à la maison de retraite de Beaune-la-Rolande, est actuellement en arrêt maladie, pour au moins dix jours. Aujourd'hui, en tout cas, elle ne regrette rien de sa participation au rassemblement du 16 mars à Paris : " Il fallait qu'on y soit. J'ai des convictions et j'y tiens". Quant aux violences commises sur les Champs Elysées en marge du rassemblement, Marie-Laure les condamne, mais relativise. " Moi, je veux dénoncer les violences policières. Le reste, ce n'est que de la casse, que des vitrines brisées et d'ailleurs, les boutiques de luxe, elles ont déjà rouvert". 

Marie-Laure qui se décrit comme " une grand pacifiste", est prête à retourner à Paris pour manifester. " _Ce week-end, je vais un peu me préserver mais après, j'y retournerai, même si j'ai la peur au ventre".  _Pour Marie-Laure, le gouvernement doit encore "faire un effort pour le pouvoir d'achat ", par exemple, un geste sur la TVA et les produits de première nécessité". 

Reportage chez Marie-Laure Buselli, signé Patricia Pourrez 

Une cagnotte pour payer ses frais médicaux

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu